0
Homélies paroissiales
Homélie du 21e dimanche du temps ordinaire par l'abbé J-Y. Poulailleau
Homélie du 21e dimanche du temps ordinaire par l'abbé J-Y. Poulailleau
© a

| Webmaster 8597 mots

Homélie du 21e dimanche du temps ordinaire par l'abbé J-Y. Poulailleau

Dimanche 23 août 2020 (audio et texte)

 

Homélie du père Jean-Yves Poulailleau

 

On trouve dans la culture et dans la société d'aujourd'hui, un fait qui peut nous aider à comprendre l’Évangile de ce dimanche : le sondage d'opinion, utilisé dans le domaine politique et le domaine commercial. Celui que Jésus semble réaliser dans l’Evangile n’est pas un sondage d'opinion, mais, un sondage éducatif et spirituel.

Nous avons déjà entendu la question que Jésus pose à ses disciples : "Au dire des gens, qui est le fils de l’homme ? ..." S’il continue de nous interroger, c’est pour que nous puissions préciser notre réponse en mesurant dans notre vie spirituelle ce que l’apôtre Paul écrit dans la 2ème lecture : ‘la profondeur, la richesse, la sagesse et notre connaissance de Dieu.

Cette première question pourrait effectivement relever d’un sondage d’opinion pour évaluer sa cote de popularité. Les réponses des disciples ouvrent la porte à toutes les voix qu’ils ont pu entendre autour d’eux dans les murmures de la foule émerveillée par les miracles du Rabbi : "Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Elie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes". Ces différentes propositions se réfèrent toutes à des personnages du passé. Finalement, ce Rabbi n’apporte rien de neuf, ni d’original. Et aujourd’hui on pourrait ajouter une autre réponse souvent entendu : "chacun est libre de penser ce qu’il veut …’

Ce qui intéresse Jésus, ce n'est pas de connaître son degré de popularité, c’est de savoir ce que ses disciples pensent de lui. D’où sa 2ème question : "Et vous, que dites-vous ?...  Pour vous, qui suis-je ? ...".

Question inattendue, déroutante parce que plus directe et plus personnelle. Silence et regards se croisent. Il ne leur permet pas de se retrancher derrière les opinions des autres, il veut qu'ils donnent leur opinion. En s’adressant ainsi à ses disciples, Jésus attend une réponse personnelle, une réponse qui engage dans la manière de vivre.

 Si pour répondre à la 1ère question, les apôtres répondirent tous ensemble, en chœur parce qu’il suffisait de regarder autour et d’écouter les opinions des autres, maintenant la question personnelle demande une réponse personnelle. Chacun doit regarder et écouter une voix intérieure qui ne vient pas de la chair et du sang, mais du Père qui est aux cieux.

Lorsque Simon proclame que Jésus est "le Messie, le Fils du Dieu vivant", il n’a surement pas tout compris ni mesurer la portée de ce qu’il affirme lorsqu’il attribue à Jésus le titre de ‘Christ, Fils de Dieu’. Il lui faudra aller plus loin dans son cheminement. Ce n’est qu’au matin de la résurrection, qu’il comprendra réellement qui est Jésus le Christ ressuscité. C’est après avoir renié Jésus qu’il est devenu auprès de lui, le premier.

C'est le premier acte de foi public qui a traversé l’histoire, celui de Pierre, puis par la voix des successeurs des apôtres et des chrétiens depuis plus de 2000 ans. Simon a fait un pas décisif. Il vient en effet de manifester son ouverture à la grâce d’en haut. En proclamant que Jésus est le Christ, son affirmation n’est pas le résultat d’une bonne leçon de catéchisme, ni le fruit d’un raisonnement humain. Il s’agit d’une véritable confession de foi inspirée par l’Esprit Saint.

Aussi, pour confirmer Simon comme croyant, Jésus lui donne un nom nouveau parce que, le premier, il confesse aux yeux des nations, les fondements de la foi. Le Christ lui confie son troupeau pour qu’il le conduise comme le Bon Berger. Il l'appelle Képhas, Pierre, c’est-à-dire le rocher sur lequel "je bâtirai mon Eglise …"  Jésus précisant : "…et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle ! ..."  Car la véritable ‘pierre angulaire’ c’est lui le Christ, le Bon Pasteur. Une fois ressuscité et monté au ciel, cette 'pierre angulaire’, est représentée par Pierre et, après lui, ses successeurs jusqu’à aujourd’hui.

Frères et sœurs, cette page d’Évangile nous rappelle ce matin qu’il ne suffit pas de se dire chrétien et croyant, il nous faut également en témoigner. Notre réponse à la question de Jésus, ta réponse, c’est notre confiance en Celui qui nous a choisi et appelé. C’est notre élan d’amour pour Celui qui se livre à nous, la remise de notre vie entre ses Mains !

Pour avancer dans la vie spirituelle, nous pouvons retourner la même question à Jésus afin d’y découvrir l’un des secrets de la prière :

"Et Toi, Jésus, que dis-tu ? … Pour toi, qui suis-je ? ..."

Le dialogue entre Pierre et Jésus l’échange a été vif et franc. Il est réellement devenu Apôtre en confessant la foi qui lui a été révélé par le Père :

"Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! ..."

car la foi est don de Dieu dans le cœur de l’homme.

Telle était l’acte de confiance et l’offrande de Charles de Foucauld dans sa prière :

"Je remets ma vie entre tes Mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je T’aime, avec une infinie confiance, car Tu es mon Père !"

Dans la profession de foi, le Credo, nous confessons que le Christ est ‘la pierre angulaire […] choisie par Dieu’ qui nous appelle à devenir des pierres vivantes de l’Eglise dans ce monde que Dieu aime.

Prions l’Esprit Saint d’éclairer notre chemin et de faire grandir en nous non seulement la joie de croire, mais le bonheur de servir en disciples missionnaires !...

LECTURES DE LA MESSE

 

PREMIÈRE LECTURE

 

« Je mettrai sur mon épaule la clef de la maison de David » (Is 22, 19-23)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Parole du Seigneur adressé à Shebna le gouverneur :
    « Je vais te chasser de ton poste,
t’expulser de ta place.
    Et, ce jour-là, j’appellerai mon serviteur,
Éliakim, fils d’Helcias.
    Je le revêtirai de ta tunique,
je le ceindrai de ton écharpe,
je lui remettrai tes pouvoirs :
il sera un père pour les habitants de Jérusalem
et pour la maison de Juda.
    Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David :
s’il ouvre, personne ne fermera ;
s’il ferme, personne n’ouvrira.
    Je le planterai comme une cheville
dans un endroit solide ;
il sera un trône de gloire
pour la maison de son père. »

    – Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 6.8bc)

R/ Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains. (cf. Ps 137, 8)

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble.
de loin, il reconnaît l’orgueilleux.
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

 

DEUXIÈME LECTURE

« Tout est de lui, et par lui, et pour lui » (Rm 11, 33-36)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

    Quelle profondeur dans la richesse,
la sagesse et la connaissance de Dieu !
Ses décisions sont insondables,
ses chemins sont impénétrables !
    Qui a connu la pensée du Seigneur ?
Qui a été son conseiller ?
    Qui lui a donné en premier,
et mériterait de recevoir en retour ?
    Car tout est de lui,
et par lui, et pour lui.
À lui la gloire pour l’éternité !
Amen.

    – Parole du Seigneur.

 

ÉVANGILE

Alléluia.
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Alléluia. (Mt 16, 18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
demandait à ses disciples :
« Au dire des gens,
qui est le Fils de l’homme ? »
    Ils répondirent :
« Pour les uns, Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
    Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
    Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »
    Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.
    Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
    Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux. »
    Alors, il ordonna aux disciples
de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

© AELF

Répondre à () :


Captcha