0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 29 novembre 2021
Méditation du 29 novembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49284 mots

Méditation du 29 novembre 2021

2021 11 29 PRENDRE PLACE (1TO1) (Matthieu8, 5- 11)

L’Avent s’ouvre sur un horizon vaste : il va nous conduire à Jésus et à sa mission de salut universel : avec le centurion romain, déjà la démarche s’affirme vers une extension du monde juif aux païens, c’est-à-dire à presque toute l’humanité d’alors.

Le centurion (un capitaine de l’armée d’occupation) fait preuve de simplicité et de foi devant Jésus. Il sait que Jésus « n’a pas le droit » d’entrer dans sa demeure, mais il Le croit capable de commander à distance à la maladie. Et Jésus non seulement vante sa foi, mais la donne en modèle : « Chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. »

Le verset 11 pourrait bien être une conclusion ajoutée à l’époque où les païens, après la Pentecôte, sont venus nombreux vers la porte de l’Eglise. Les Apôtres se sont heurtés d’abord à l’Empire romain qui les a contredits et persécutés, mais qui a offert très vite un large champ à la « culture » chrétienne. « Les pas des légions romaines avaient marché devant Lui », écrivait Péguy, pour signifier l’aide indirecte de toutes les structures romaines.

L’image du dernier verset « prendre place avec » rappelle les méditations de saint Paul : il n’y a plus le Juif ou le Grec…Tous membres du corps du Christ !

Saint Anselme décrivait le bonheur spirituel qui consistait à « prendre place » dans le Royaume de Dieu :

          « Quel grand bonheur que de posséder le Royaume de Dieu ! Quelle joie pour toi, cœur humain, pauvre cœur habitué à la souffrance et écrasé par les malheurs, si tu regorgeais d'un tel bonheur. (...)

         Et pourtant, si quelqu'un d'autre, que tu aimerais comme toi-même, avait part à un bonheur identique, ta joie redoublerait, car tu ne te réjouirais pas moins pour lui que pour toi-même. Et si deux ou trois ou beaucoup plus encore possédaient ce même bonheur, tu ressentirais autant de joie pour chacun d'eux que pour toi-même, puisque tu aimerais chacun autant que toi-même.

            Ainsi donc, dans cette plénitude d'amour qui unira les innombrables bienheureux et où personne n'aimera l'autre moins que soi-même, chacun jouira du bonheur de l'autre autant que du sien propre. Et le cœur de l'homme, à peine capable de contenir sa propre joie, sera immergé dans l'océan de si grandes et si nombreuses béatitudes. »

 

Répondre à () :


Captcha