0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 9 octobre 2020
Méditation du 9 octobre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 9 octobre 2020

2020 10 09 DOIGT DE DIEU (27TO6) (Luc 11, 15-26)

            Accuser Jésus de chasser les démons par leur prince, «Béelzéboul », et non pas par la puissance de Dieu (« le doigt de Dieu »), c’est vraiment se fermer les yeux. Jésus met vite les choses au point : « Si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous ». Les démons expulsés, le règne de Dieu est là ; il commence précisément avec cette expulsion. Quand les hommes sont libres, « sont eux-mêmes », alors commence le règne de Dieu. Quand les hommes sont sous une emprise  qui les aliène, ils ne vivent pas « dans la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu » (Rm 8, 21).

            Jésus met donc en garde contre les ruses du démon : expulsé, il peut revenir à la charge, trouver d’autres démons, c’est-à-dire d’autres points faibles chez un ancien possédé. « Ainsi, l’état de cet homme-là est pire à la fin qu’au début »

            Cette page reflète la « fermeture » de « certains » auditeurs de Jésus qui ne se rendent pas à l’évidence : prendre tous les moyens pour étendre le « règne de Dieu », le seul désir de Jésus. Sa Parole et les « signes » qu’Il donne sont assez éloquents.

            Cette page et d’autres où Jésus reproche l’aveuglement de l’esprit à certains de ses auditeurs forment la base de ce qu’on appelle « le péché contre le Saint-Esprit. » Or, Jésus a dit : « Tout péché, tout blasphème, sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné. » (Matthieu 12, 21).

            Saint Bède le Vénérable en appelle au bon sens des enfants des interlocuteurs, (exorcistes ?) qui, eux, chassent les démons en invoquant le Nom de Dieu. Ils « démentiront » leurs parents pour leur maladresse.

            « Par ces enfants des Juifs, Notre-Seigneur entend les exorcistes de cette nation, qui chassaient les démons par l'invocation du nom de Dieu; et tel est le sens du raisonnement du Sauveur: Si c'est de Dieu et non du démon que vos enfants tiennent le pouvoir de chasser les démons, pourquoi donc les chasserais-je en vertu d'un autre pouvoir? Aussi vos enfants seront-ils vos juges, non par la puissance qu'ils exerceront sur vous, mais par l'opposition de leur conduite avec la vôtre, puisqu'ils reconnaissent que je chasse les démons par un pouvoir divin, et que vous attribuez ce pouvoir au prince des démons. »

Répondre à () :


Captcha