0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 8 septembre 2020
Méditation du 8 septembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 8 septembre 2020

2020 09 08 EMMANUEL (23TO2) (Matthieu 1, 18-23)

            Le récit de Matthieu correspond à l’Annonciation (Luc 1, 26-38). Matthieu vient de donner le tableau « généalogique » des ancêtres de Jésus ; il s’attarde maintenant sur sa « génération » en établissant que Jésus a Dieu pour Père, et non pas Joseph.

            Les « accordailles » n’étaient point les « fiançailles », mais désignaient un accord des familles pour les rencontres. Ici, l’action de l’Esprit Saint est évoquée et correspond à l’Annonciation de Luc. Il s’agit d’une question de foi : Dieu n’est pas « enfermé » dans sa création ; Il agit comme Il veut, « car rien n’est impossible à Dieu » (Luc 1, 37, citant Jérémie 32, 27). Joseph, qui était un homme juste, est sollicité par Dieu, comme Marie, d’entrer dans le plan de Dieu, qui n’est pas conforme à ses vues. Joseph obéit comme Marie. Ils savent dès lors que c’est l’œuvre de Dieu qu’ils vont accomplir, et non pas la leur.

            Joseph aura un rôle significatif ; il donnera le nom à l’Enfant : cet acte lui donne de pouvoir être estimé le « père » de l’Enfant. Mais ce « Nom » lui apprend aussi que cet Enfant sera « Le-Seigneur-sauve » : Titre divin qui signifie que Dieu sauve son peuple : cet Enfant est « Seigneur », et donc Dieu : ce titre ne fut donné à Jésus qu’après sa Résurrection ; nous avons donc une « réflexion », « après-coup ». Jésus était Fils de Dieu, même si les hommes ne le savaient pas à Nazareth.

                        Saint Cyrille d’Alexandrie a expliqué comment Marie était la « Mère de Dieu » et a réussi (à Ephèse, en 431) à obtenir ce titre pour elle

            « La sainte Vierge seule entre toutes les femmes est reconnue et proclamée à la fois vierge et mère du Christ, parce qu'elle n'a pas enfanté un homme ordinaire, mais le Verbe engendré de Dieu le Père, qui s'est incarné et s'est fait homme. Peut-être m'objectera-t-on : « Dites-moi, pensez-vous que la Vierge soit devenue la mère de la divinité ? ». Voici notre réponse : Le Verbe est né de la substance de Dieu, il a toujours existé égal à son Père sans jamais avoir eu de commencement (…)     

            Le Verbe de Dieu est né de la substance du Père ; cependant comme il a pris une chair humaine et se l'est rendue propre, il faut reconnaître qu'il est véritablement né d'une femme selon la chair, et comme il est réellement Dieu, comment hésiter à proclamer la sainte Vierge mère de Dieu ? »

Répondre à () :


Captcha