0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 8 novembre 2020
Méditation du 8 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 8 novembre 2020

2020 11 08 VOICI L’EPOUX (32TO) (Matthieu 25, 1-13)

 « Insouciantes ! »L’idée de la fête les fait rêver, au point qu’elles en oublient le « détail » qui va leur faire « manquer la fête », ou plutôt « l’Epoux » qui en est le centre. Les « prévoyantes » (même racine que « prudentes ») ne veulent pour rien au monde manquer la rencontre joyeuse avec l’Epoux ; elles veulent aussi honorer l’Epouse, qui est sans doute l’une de leurs compagnes et amie.

« La soudaineté est une image de l’irruption inattendue de la catastrophe. La crise est imminente. Elle surprendra tout autant que le cri qui, dans la parabole, jaillit au milieu de la nuit : « Voici l’Epoux qui vient ! »Et inexorablement elle fera le tri discriminatoire des hommes, là même où pour des yeux humains il n’est aucune différence. Malheur à ceux que cette heure ne trouvera pas prêts ! (…)

L’Eglise primitive a vu dans l’Epoux une figure du Christ et, dans sa venue au milieu de la nuit, la Parousie. Par là, elle ne s’éloignait pas du sens originel de la parabole, pour autant que catastrophe eschatologique et Parousie messianique sont deux aspects d’un même événement ; même dans l’interprétation christologique de l’époux, le jugement qui séparera vierges « folles » et vierges « sages » demeure le but et le point culminant du récit. C’était cependant considérablement déplacer l’accent que de faire d’un appel à la foule un avertissement aux disciples et de la parabole une allégorie du Christ-Epoux céleste et de la Communauté qui l’attend » (Joachim Jérémias, «Les paraboles de Jésus »).

Dans la nuit, aucune lumière artificielle n’éclairait les rues ; cela aide à comprendre que la salle soit close dès l’entrée du cortège nuptial, par raison de sécurité, et le refus d’accepter des gens qui n’ont pas su veiller. L’application aux « insouciants »devient une mise en garde fatale pour les « disciples »qui ne sauraient pas tenir leur lampe allumée, c’est-à-dire leur âme tiède devant l’importance de l’enjeu. La vie éternelle est non seulement une « récompense », mais l’objet d’un désir ardent de  la foi, dans l’amour ; c’est une « espérance » dans une attitude de droiture devant Dieu. Cette parabole s’adresse à « l’esprit » (« vigilance ») et au « cœur » («amour du Christ, Epoux éternel »).

 

Répondre à () :


Captcha