0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 8 novembre 2019 © viechretienne.fr

| cplucon

Méditation du 8 novembre 2019

(Luc 16, 1- 8) 

            L’appel est indirect : pourquoi les fils de la lumière ne mettraient-ils pas autant (et plus !) de zèle dans leurs affaires spirituelles, dans la « recherche de Dieu », que les fils de ce monde en mettent dans leurs affaires matérielles, économiques par exemple ? Pour se tirer d’affaire, un vol manifeste, cet intendant est prêt à toute fausseté, parce que l’habileté ne lui fait pas défaut, mais la conscience morale s’estompe.

            La Bible de Jérusalem (page 1790, éd. 1998 ; note b en bas de page) ne justifie pas l’intendant, mais parle du droit de celui-ci de se payer en défalquant des dettes un petit pourcentage accordé du fait qu’il n’est pas rétribué lui-même pour son travail. Son maître peut donc le féliciter pour le sacrifice de ses intérêts immédiats, mais il le renvoie sans doute pour des malversations antérieures. 

            La leçon va plus loin : si des hommes en arrivent à des astuces dans leurs calculs pour l’argent, comment les disciples, éclairés par l’enseignement divin, ne sont-ils pas plus généreux au service de Dieu que les gérants des affaires humaines ? Jésus savait le risque encouru par la possession des richesses, et Il en a parlé plusieurs fois, notamment après le départ de l’homme riche (Marc 10, 17-27).

            L’Eglise a sans cesse rappelé que nous ne sommes que des intendants, serviteurs de nos frères. Le droit de propriété peut tromper, car les biens de la terre sont offerts par Dieu à tous. Nul n’est « propriétaire » ; tous doivent être « intendants ».

            Saint Jean Chrysostome invite, en pensant à cet intendant, ceux qui dispensent les dons de Dieu, à se faire des amis qui l’accueilleront au ciel.

            « Celui qui en effet pense au jour de sa mort, et cherche en faisant le bien à rendre moins accablant le poids de ses péchés, (soit en remettant leurs dettes à ceux qui lui doivent, soit en donnant aux pauvres d'abondantes aumônes), celui-là distribue les biens du Seigneur pour se faire beaucoup d'amis qui rendront de lui devant son juge un bon témoignage non par leurs discours, mais en manifestant ses bonnes œuvres ; et lui prépareront par leur témoignage un lieu de rafraîchissement et de repos. Or, rien de ce que nous avons n'est à nous, mais tout appartient à Dieu. » 

Répondre à () :


Captcha
advertisment-image

Inscription à la newsletter Newsletter de la paroisse Notre Dame de la plaine - Luçon


Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription