Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 8 janvier 2020

| Webmaster

Méditation du 8 janvier 2020

(Marc 6, 45-52)

            « L’autre rive, vers Bethsaïde » : la distance n’est pas grande, mais on parle sans doute de ‘l’autre rive’ parce que Capharnaüm est considéré comme une frontière ; mais Tabga et Bethsaïde nous paraissent sur la carte au nord du Lac. 

            Jésus prie sur la montagne, sans doute une falaise d’où Il a vue sur le Lac ; la « cuvette » formée par le Lac favorise le mouvement des vents qui soufflent facilement en tempête.

            Comment le voient-Ils puisque c’est la nuit ? Clair de lune ou blancheur des vêtements, comme à la Transfiguration ? Prendre Jésus comme un fantôme, ce ne fut pas le seul cas ; ses disciples d’aujourd’hui ne Le prennent-ils pas pour un « fantôme », c’est-à-dire pour « tout ce qu’il n’est pas » ? Est-il pour eux l’hôte plus intérieur, l’ami le plus cher, Celui dont les « Paroles sont esprit et Vie », le tout de leur vie, le maître bien-aimé pour lequel ils sacrifieraient même leur vie ? 

            « Pousser des cris…bouleversés » ; ils ont peur déjà de la tempête, et cette apparition les effraie. Mais comment répond Jésus ? « Confiance ! C’est moi ; n’ayez pas peur ! » Jésus rassure ; Il redit à tous ceux qui ont peur : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. (Matthieu 11, 28)

            Le dernier verset montre que pour Marc les disciples étaient lents à croire, parce que leur cœur était « endurci ». Personne ne peut s’en autoriser pour rester dans le doute ou, pis encore, pour ne pas « chercher » dans sa foi la lumière dont il a besoin dans sa marche vers Dieu. 

                  Saint Bède le Vénérable voit dans ce récit l’initiative de Jésus pour soutenir ses disciples, mais demande aussi l’effortd’ouvrir son âme à la lumière.

            « Le Seigneur ne perd pas de vue ses serviteurs qui luttent contre les flots soulevés; il les fortifie d'un regard de sa miséricorde pour qu'ils ne succombent pas sous le poids de leurs tribulations, et quelquefois même il les délivre d'une manière éclatante. Il vient à leur secours à la quatrième veille, et lorsque le jour approche, parce qu'en effet, lorsque l'homme ouvre les yeux de son âme à la lumière du secours qui vient d'en haut, le Seigneur vient lui-même eu personne, et tous les dangers des tentations sont assoupis. »

Répondre à () :


Captcha

Newsletter