0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 7 novembre 2020
Méditation du 7 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 7 novembre 2020

2020 11 07 VOS CŒURS (31TO6) (Luc 16, 9-15)

 

 

Un enseignement sur la « valeur » de l’argent, la confiance pour sa gestion, et surtout pour inviter à le partager pour que « ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. » Il s’agit des amis secourus ici-bas et qui accueilleront au ciel.

Jésus ne cache pas les risques de la gestion : « Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? » saint Paul demandera aux disciples (Timothée, Tite…) de s’assurer que les chefs de communautés soient dignes de confiance pour la gestion des choses matérielles et la conduite de leur famille. Leur réputation peut engager le sort de la mission qui est confiée à l’Eglise.

Luc élargit le problème spirituel : « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. » N’y a-t-il pas là un souvenir du « veau d’or » de l’Exode 32, et même du Royaume du Nord dans lequel Jéroboam avait réintroduit les rites païens, selon le Livre des Rois12.

« Servir à la fois Dieu et l’argent…  Les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision » Luc montre dans son Evangile comment les pharisiens sont, au fond, proches des riches ; et c’est l’occasion d’un reproche qui touche la foi. L’adoration du vrai Dieu ne peut pas exister « avec » un attachement à l’argent. Dieu sait le cœur de chaque homme, et veut régner en seul Maître. Jésus indique par ces mots en quoi consiste l’adoration véritable : elle suppose l’exclusivité. Le reproche s’élargit au-delà des pharisiens quand l’évangéliste parle « des gens » en général : « Ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu. » Nul Israélite ne pouvait ignorer le verset du psaume 62, 11: «  N'allez pas compter sur la fraude et n'aspirez pas au profit ; * si vous amassez des richesses, n'y mettez pas votre cœur. » 

Saint Augustin mettait en garde contre la piété et l’aumône mal comprises ;

 

« Faites l'aumône avec le juste fruit de votre travail (Pr 3,9), car vous ne pourrez tromper ni corrompre Jésus-Christ votre juge. Si vous offriez à un juge une partie de la dépouille d'un indigent, pour le disposer à juger en votre faveur, et qu'il se laissât en effet corrompre, la force de la justice est si grande que vous n'auriez aucune sympathie pour ce juge. Ne vous figurez pas un Dieu de la sorte, il est la source même de la justice. »

 

Répondre à () :


Captcha