0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 7 juin 2021
Méditation du 7 juin 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49277 mots

Méditation du 7 juin 2021

2021 06 07 HEUREUX (10TO1) (Matthieu 5, 1-12)

 

            « Seul » Jésus pouvait parler des « Béatitudes », car Lui seul les a accomplies parfaitement, mais Il nous les a données comme « idéal » ou comme « modèles » à suivre en toute notre vie. De nombreux « penseurs », au cours des âges, les ont méditées, et y ont reconnu l’origine divine. Elles seront « complétées » par le verset 48 du même chapitre : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Cette « consigne », la perfection divine, rejoint l’ordre du Créateur qui a créé les hommes pour Lui ressembler : Dieu étant « la perfection de la sainteté » ne pouvait proposer plus haut…

            La « Bible chrétienne » (B.C. II*) déplore (« laïcisation discutable ») la traduction par « heureux » qui « appartient au vocabulaire profane » (page 214). « Une seule a une résonance religieuse » : c’est le terme « Bienheureux ».

 

Saint Grégoire de Nysse a été l’un des premiers à commenter les Béatitudes (*). Voici une partie de son jugement sur cette page unique.

            « Les Béatitudes me semblent présentées dans un ordre ascendant : la première nous soulève vers la deuxième, la deuxième vers la troisième, de manière à gagner enfin le sommet. Par une conséquence qui est pour ainsi dire nécessaire à l’esprit, le degré suivant nous saisit quand nous sommes sur le précédent.

            Qu’est-ce que la douceur ? Ce n’est pas la lenteur ni la nonchalance, car le Cantique célèbre la rapidité de l’Epoux, bondissant de montagne en colline. La douceur est une disposition de l’âme qui s’oppose à une excessive impétuosité – car notre nature va trop vite, quand il s’agit de mal faire. Un peu comme le feu, qui monte toujours, la vertu de douceur ne perd rien de son mouvement ascendant si quelque obstacle veut l’entraîner dans une autre direction. C’est pourquoi elle est bienheureuse. Tranquille et impassible quand le mal se présente, elle témoigne d’un mouvement vers les choses d’en-haut…. Si tu exclus de ton cœur l’orgueil, l’occasion ne se présentera pas d’y voir naître la colère. Car la cause de la colère – qui est une infirmité – c’est l’injure et l’ignominie ; or il n’est pas ému par l’ignominie, celui qui gouverne son âme par le renoncement… »

 

 

(*) Commentaire des Béatitudes par saint Grégoire de Nysse obtenu sur simple demande.

Répondre à () :


Captcha