1
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 5 septembre 2020
Méditation du 5 septembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 5 septembre 2020

2020 09 05 MAÎTRE (22TO6) (Luc 6, 1-5)

            « Permis ? » ou « Pas permis ? » Honore-t-on Dieu quand on calcule le minimum  pour Lui ? C’est ainsi que réagissent ceux qui « réduisent » le sabbat à ne faire aucun geste ou à ne pas dépasser mille pas.

            L’autorité et le prestige de David restaient indiscutables pour les compatriotes de Jésus. Il peut s’autoriser de ce qu’a fait David, dans sa fuite avec ses compagnons : il a demandé, tant était intense la faim de ces jeunes, à consommer les pains réservés aux prêtres. Autrement dit : dans la nécessité, la loi peut tolérer une infraction, car la loi est faite pour l’homme, et non l’inverse. Jésus applique cet exemple à la situation présente où les disciples ont faim. Quelques épis, c’est presque une glanure.

            On voit par cet exemple l’étroitesse d’esprit des pharisiens ; n’oublions pas non plus que ce texte fait allusion aux décisions des apôtres de remplacer le sabbat par le « dimanche »

                Saint Aelred de Rievaulx (1110-1167), moine cistercien,  donnait à ses moines le vrai sens du sabbat.

            « Chaque jour de la création est grand, admirable, mais nul ne peut se comparer au septième : alors ce n'est pas la création de l'un ou l'autre élément naturel qui est proposée à notre contemplation, mais le repos de Dieu lui-même et la perfection de toutes les créatures. Car nous lisons : « Le septième jour, Dieu acheva son œuvre qu'il avait faite, et il se reposa de toute l'œuvre qu'il avait créée » (Gn 2,2). Grand est ce jour, insondable ce repos, magnifique ce sabbat ! Ah, si tu pouvais comprendre ! Ce jour n'est pas tracé par la course du soleil visible, ne commence pas à son lever, ne finit pas à son couchant ; il n'a ni matin ni soir (cf Gn 1,5)...

            Écoutons celui qui nous invite au repos : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau ; je restaurerai vos forces » (Mt 11,28). C'est la préparation du sabbat. Quant au sabbat lui-même, écoutons encore : « Prenez sur vous mon joug, et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur ; alors vous trouverez le repos » (v. 29). Voilà le repos, la tranquillité, voilà le vrai sabbat....

            Car ce joug ne pèse pas, il unit ; ce fardeau a des ailes, non du poids. Ce joug, c'est la charité ; ce fardeau, c'est l'amour fraternel. C'est là où on trouve le repos ; là, on célèbre le sabbat ; là, on est délivré de tout travail d'esclave... »

Répondre à () :


Captcha
AFUDI | 05/09/2020 08:56

Bonjour mes freres et soeurs en Christ je souhaiterai avoir l Evangile et commentaire chaque jour dans mon email sinon je m appel Traore nee Yaro Helene . Je suis au Burkina Faso .