0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 5 octobre 2020
Méditation du 5 octobre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 5 octobre 2020

2020 10 05 FAIS DE MÊME (27TO1) (Luc 10, 25-37)

            Un « docteur de la Loi » doit bien savoir : est-ce par ironie qu’Il essaie de prendre Jésus en défaut ? Il « mit Jésus à l’épreuve ». La réponse de Jésus le renvoie à « la Loi ». La proposition de Jésus, elle, est franche : le sens et la perception que ce docteur de la Loi peut avoir du texte de la Loi, qui est « la » référence suprême. Il répond donc par l’essentiel, et Jésus souligne qu’il a raison, qu’il a bien perçu l’essentiel.

            Mais on touche du doigt l’erreur d’interprétation : en posant une question (« pour se justifier ») sur « qui est mon prochain », ce docteur de la Loi montre qu’on met une distinction entre les personnes ; certains sont donc à écarter ! Et là, nous rejoignons ce que saint Jean dit à propos des relations entre Juifs et Samaritains (Jean 4, 9). La parabole va montrer, d’une manière cinglante, que certains docteurs enseignent non pas l’esprit de la Loi, mais se perdent en distinctions erronées.

            Le 2 janvier 2013, Benoît XVI a donné une interprétation de la parabole qui fait de chacun de nous « le prochain » de l’autre. Les deux dernières phrases renversent l’explication traditionnelle.

            « Or, voici que le Samaritain entre en scène. Que va-t-il faire ? Il ne demande pas jusqu'où s'étendent ses devoirs de solidarité, ni quels mérites lui assureront la vie éternelle. Les choses se passent autrement : il a le cœur déchiré. L'Évangile emploie le mot hébreu qui désignait à l'origine le sein de la mère et l'attention maternelle. En voyant l'homme dans cet état, le Samaritain est touché au fond de ses « entrailles », au tréfonds de son âme. « II fut saisi de pitié » traduit-on aujourd'hui, ce qui affaiblit la force originelle du texte(1). Grâce à l’éclair de miséricorde qui frappe son âme, c'est maintenant lui qui devient le prochain de l'autre, sans se poser la moindre question ni se soucier du moindre danger. Cela implique qu'il y a déplacement de la question : il ne s'agit plus de savoir quel autre est ou n'est pas mon prochain, il s'agit de moi-même. Je dois me faire le prochain des autres, et alors, l'autre comptera pour moi « comme moi-même ».

(1)    Le verbe grec original (de Saint Luc) n’est pas redu par « saisi de pitié », mais « bouleversé au fond de ses entrailles »

Répondre à () :


Captcha