0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 5 janvier 2021
Méditation du 5 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 5 janvier 2021

2021 01 05 BENEDICTION (Epiphanie2) (Marc 6, 34-44)

Pour cette scène bien connue, puisons dans les réflexions exégétiques d’un spécialiste de l’Evangile de Marc, le Père David-Marc d’Hamonville, « Marc, l’histoire d’un choc », Cerf, 2019. (Pages 122- 128).

« Eclate alors la compassion de Jésus envers la foule. Ce sentiment qui étreint Jésus à la vue de cette foule est le même qui L’avait saisi devant la supplication du lépreux, (Marc 1, 41). L’image des « brebis qui n’ont pas de berger » est traditionnelle dans la Bible… La référence la plus puissante est assurément l’oracle très développé d’Ezéchiel 34, dans lequel le Seigneur dénonce violemment les bergers qui se font paître eux-mêmes, au mépris du troupeau…

« Alors, il se mit à les enseigner longuement », comme au début du discours en paraboles… La question de « manger » est devenue pressante, à cause de l’éloignement, à cause de l’heure… Les disciples proposent une solution : « Renvoie-les…Qu’ils partent et s’achètent de quoi manger. » Jésus répond : « Vous, donnez-leur à manger. »

Retournement complet en ces quelques mots : « Non pas moi, mais vous, non pas eux, mais vous, non pas acheter, mais donner, non pas ailleurs, mais ici, non pas plus tard, mais maintenant ! »

Les disciples perçoivent la provocation qui les concerne et répètent, incrédules, une partie de la solution qu’ils entrevoient : « Allons-nous acheter pour deux cents deniers de pains et leur donner… ? » Le montant est dissuasif.

Le peu, le presque rien, est l’objet d’une grande attention de la part de Jésus, le négligeable même, comme nous l’avons vu à propos des personnes : de façon très manifeste et délibérée, Jésus n’a cessé de s’occuper depuis le début de l’évangile de personnes considérées comme négligeables dans la société de son temps, femmes, enfants, possédés, pécheurs, lépreux, malades et infirmes de toutes sortes…

La première réaction de Jésus est d’obliger les disciples à constater : « Nous n’avons pas rien, et si peu que ce soit, nous pouvons, ou non, le donner »

La nourriture donnée par Jésus n’est pas simple nourriture de survie, elle est « banquet », marqué par la surabondance (verset 43) et la convivialité, et c’est à Jésus que revient l’initiative d’un tel ordonnancement (verset 40). »

 

 

Répondre à () :


Captcha