0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 4 octobre 2020
Méditation du 4 octobre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 4 octobre 2020

2020 10 04 MON FILS (27TO) (Matthieu 21, 33-43)

            L’idée première de cette parabole s’apparente au Chant de la vigne d’Isaïe 5, 1-7.

            Mais nous avons affaire ici plutôt à une allégorie, où « chaque trait du récit a sa signification» : le propriétaire est Dieu ; la vigne, le peuple d’Israël ; les serviteurs, les prophètes ; Jésus, le Fils tué en dehors de Jérusalem, « sa vigne » ; les vignerons homicides, les Juifs infidèles ; l’autre peuple à qui sera confiée la vigne, les païens et les Juifs croyants. De même, on voit bien que cette page a été écrite « après la Résurrection », car on fait allusion à la mort de Jésus. Cette page fait donc allusion à la situation des deux communautés, juive et chrétienne, avec la mention : « Royaume de Dieu enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits ».Il y a donc un arrière-fond de tableau polémique dans cette péricope.

            L’allusion à la « pierre d’angle » vient du psaume 118, 22-23, où la « pierre d’angle » est aussi « pierre d’achoppement », comme le dira le vieillard Syméon à Marie (Luc 2, 34). Se joint à cette idée une certaine admiration pour l’œuvre de Dieu qui est toute sagesse : « la merveille devant nos yeux ! » Ce Fils n’est pas rejeté seulement par nos aînés ; nous avons l’avantage d’avoir reçu « la foi » dans un « environnement » qui la respectait ou la favorisait, et nous ne nous rendons pas compte de ce qu’était pour les contemporains de Jésus de voir en Lui un homme- Fils de Dieu. Dans le contexte, Dieu ne pouvait avoir de Fils, surtout pas « le fils du charpentier Joseph» (Luc 4, 22).

            L’Eglise, « le nouvel Israël », (Ga 6, 16) ne peut prétendre « produire ses fruits » que dans la miséricorde du Seigneur, car les chrétiens restent des pécheurs. Personne ne peut condamner ses ancêtres, en prétendant qu’il aurait mieux fait. Si le Maître a demandé de ne pas juger les personnes, c’est que Lui seul peut sonder « les reins et les cœurs ». Tout, y compris cette parabole, demande une conversion et non un jugement. Dieu demande à chacun, en faisant entendre sa Voix seulement au cœur, que c’est le prolongement de sa sainteté qu’Il veut voir en nous. « Soyez saints, car Moi, le Seigneur votre Dieu,  Je suis saint » (Lv 19, 2).

 

Répondre à () :


Captcha