0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 4 avril 2021
Méditation du 4 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 4 avril 2021

2021 04 04 PÂQUES (Jean 20, 1-9)

            Jésus est ressuscité, tôt le matin ; il fait encore « ténèbres » et pourtant Madeleine, sans doute inquiète, court « voir ce qui se passe » au tombeau, et  avec l’idée de parfaire l’embaumement hâtif du vendredi soir.

            Madeleine a devancé l’aurore ; mais elle sait que « le Maître du désir » l’a conduite depuis le jour où Il lui a pardonné. C’est Lui qui lui a mis au cœur le désir d’annoncer la Grande Nouvelle aux amis de Jésus Lui-même, car Il voulait la mettre à leur rang. Cela la rapproche évidemment de l’épouse du Cantique : « Je dors, mais mon cœur veille. »

 

Surprise totale ! «La pierre a été enlevée du tombeau ». Elle pense à un enlèvement : Quelqu’un s’est donc introduit dans le tombeau et a enlevé le corps : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Faut-il lire « on » comme le signe d’une ignorance d l’auteur du geste : il y a eu « enlèvement » ; mais qui englobe Madeleine dans ce « nous » ?

« Jean n’entre pas d’abord : sa vision s’arrête au premier élément, puis, entrant, il devient croyant de façon immédiate. « Il voit et il croit » : la formule concise traduit le passage du simple « voir » à l’adhésion pleine au Jésus ressuscité. Le spectacle des vêtements, ou l’ordre dans lequel ils sont disposés, atteste que le corps de Jésus n’a pas été volé, mais que Jésus s’en est allé, laissant ses habits dans l’ordre et place où il les portait ». (A.Marchadour. « Venez et vous verrez ».

 

Un poème de Saint  Léon (pape d 440 à 461), sur la « Résurrection »

 

 

La Résurrection du Sauveur

n'a donc pas retenu longtemps Son âme dans l'Hadès,(1)

ni Son corps dans la tombe;

la vie revint si vite en Sa Chair incorrompue

qu'Il sembla davantage S'être endormi qu'avoir cessé de vivre.

La divinité, en effet,

qui ne S'était pas retirée des deux substances composantes de l'homme assumé,

réunit par Sa puissance ce que Sa puissance avait séparé.

Nous n'hésitons pas sous l'effet du doute,

nous ne flottons pas dans une attente incertaine,

mais, ayant reçu le début de ce qui nous a été promis,

nous apercevons déjà des yeux de la Foi ce qui viendra plus tard.

Et remplis de la joie que suscite l'élévation de notre nature,

nous tenons déjà ce que nous croyons.

            Ne soyons donc pas pris par le spectacle des choses temporelles,

 et que les biens de la terre ne détournent pas notre contemplation

de ceux du Ciel vers eux.

 Tenons pour dépassé ce qui n'est déjà presque plus rien,

et que l'esprit,

attaché à ce qui doit demeurer,

fixe son désir là où ce qu'on lui offre est éternel.

 

(1)  Séjour des morts pour les Grecs.                                         

                                  

Répondre à () :


Captcha