0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 30 novembre 2020
Méditation du 30 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 30 novembre 2020

2020 11 30 ILS LE SUIVIRENT (1Avent1) (Matthieu 4, 18-22) « B »

 

18 Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs.

19 Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »

20 Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

21 De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.

22 Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent.

                                                                      *

            (Jean 1, 39-42)

39 Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).

40 André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.

41 Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.

42 André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

 

                                                                      *

            La comparaison des deux textes évangéliques nous surprend : assez souvent, on pense que le texte de Matthieu suppose un retour à la pêche après la rencontre autour de Jean-Baptiste…On ne voit pas d’ailleurs comment des pêcheurs galiléens seraient venus, au moins en passant, écouter Jean-Baptiste qui baptise à la hauteur de Jéricho.

            Selon Matthieu, c’est la réponse « immédiate » à Jésus ; le verset 22 ne comporte aucune hésitation… Dans le texte de Jean, nous admirons l’empressement d’André pour conduire son frère. « Trouver le Messie », c’est une telle découverte qu’elle a de quoi interroger Pierre.

            André nous invite à conduire nos frères à Jésus. « Premier appelé » pour nos frères orientaux, il jouera un rôle important, lors de la « multiplication des pains » (Jean 6, 8-9) en détectant un jeune homme qui a cinq pains et deux poissons dans son sac ; sans doute André l’a-t-il décidé à les donner bien que ce soit peu « pour tant de monde… » Jésus, qui sait bien ce qu’Il va faire, suscite notre générosité, et la rend féconde. Ce jeune homme et André découvrent l’action de Jésus et en sont comblés. Si petite que soit notre collaboration, Jésus la « multiplie ».

            Nous retrouvons André, selon l’Evangile de Jean 12, 22, quand des « Grecs » veulent « voir Jésus ». Ils s’adressent à Philippe (dont le nom grec signifie qu’il parlait cette langue) et qui semble embarrassé de la question au point de demander l’aide d’André.

            Qui étaient ces « Grecs » ? Non –Juifs, étrangers gagnés au monothéisme d’Israël et  « craignant- Dieu », sans doute adeptes des coutumes religieuses juives, mais qui n’ont pas (ou pas encore) accepté la circoncision. Ne se sentant pas « Juifs », ils ne veulent pas « déranger » le « rabbi Jésus » et demandent à ses proches la permission de l’aborder. André et Philippe viennent le dire à Jésus… qui annonce sa « glorification » prochaine.

            Par les « interprètes », André et Philippe, c’est donc le monde païen qui entre aussi dans le salut, pour la plus grande joie de Jésus (Jean 12, 23-50).

           

 

 

 

Répondre à () :


Captcha