0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 30 décembre 2020
Méditation du 30 décembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 30 décembre 2020

2020 12 30 GRÂCE DE DIEU (Sainte famille 5) (Luc 2, 36-40)

 

            L’évangéliste n’a pas trouvé, dans cette page, un moyen « d’en rajouter » à la louange unanime de « cet Enfant » ; Luc voulait associer « les petites âmes » du peuple d’Israël qui attendaient « un Messie sauveur » en écho aux promesses des prophètes. « Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière » Âme contemplative…peut-être – supposition gratuite – la veuve dont Jésus exaltera l’humble générosité (Luc 21, 1-4).

            Femme consacrée à Dieu et interprète de ses desseins, elle illustre le sort des veuves en Israël qui n’ont plus d’autre soutien que le Dieu « protecteur des veuves et des orphelins » (Psaume 146, 9). Sans doute était-elle bénévole dans l’exercice du culte ou l’entretien du Temple ; mais Luc ne dit que son séjour assidu au Temple. Elle sait, comme ou à la suite de Syméon parler autour d’elle de cet « Enfant » dont on dit le plus grand bien : Il sauvera son peuple. En elle se résume toute l’espérance de la Première Alliance.

            La «délivrance de Jérusalem » est une simple métonymie : Jérusalem, capitale de l’état d’Israël, sera le point de départ, le centre prédestiné de l’œuvre du salut. Luc y fait commencer son Evangile et le termine aussi, comme une fascination pour cette ville où Dieu a voulu réaliser les actes principaux de ce salut : Passion et Résurrection de Jésus, Pentecôte aussi.

 

Luc fait remarquer que Jésus a suivi le processus de la croissance humaine (« grandissait ») ; l’expression « rempli de sagesse » lui sert aussi d’introduction à la scène suivante où Jésus va se montrer « docteur » à douze ans ; mais Luc n’oublie pas que Jésus vient de Dieu : la formule finale, « la grâce de Dieu était sur lui » signifie au moins une « Présence de Dieu » sur Jésus, et nous savons que c’est plus qu’une « protection », c’est une « filiation ».

Saint Bernard félicite les bergers et Anne d’être ceux qui ont  perçu le mystère de Jésus.

« Voici votre signe ! Celui que promettaient les anges, celui que réclamaient les peuples, celui qu'avaient prédit les prophètes ; maintenant Dieu l'a fait et il vous le montre. (...) Voici donc votre signe, mais signe de quoi ? De pardon, de grâce, de paix, d'une « paix qui n'aura plus de fin ». « Voici votre signe : un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. » Mais Dieu est en lui, se réconciliant le monde. (...)

            C'est le baiser de Dieu, le médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus homme et Christ, vivant et régnant pour les siècles. »

 

 

 

Répondre à () :


Captcha