0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 septembre 2021
Méditation du 3 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49295 mots

Méditation du 3 septembre 2021

2021 09 03 L’EPOUX (22TO5) (Luc 5, 33-39)

 

            Le véritable jeûne (v.33-35) ; Accueil nouveau, éternelle nouveauté de Jésus et de son Evangile (v. 36-39).

           

            Pour qui aime Jésus, l’Epoux, il y a un seul jeûne, c’est d’être privé de sa Présence comme Lui-même l’a dit pour ses disciples quand Il leur sera enlevé. A propos des sentiments qui unissent « l’Epoux » à l’âme, chacun peut se référer au Cantique des Cantiques, dans lequel les Mystiques ont vu l’expression du désir humain de « rejoindre Dieu ».

            Voici un extrait d’un sermon de saint Bernard qui traduit son élan vers Dieu :

« La Sagesse parle de Dieu en figures pour Lui donner accès à nos sentiments. Elle utilise comme des vases sans valeur les ressemblances des choses sensibles et connues, pour répandre dans l’esprit humain leur contenu précieux : les choses invisibles de Dieu, le mystère… Par exemple : quand l’âme sent la grâce, elle reconnaît la présence de l’Epoux ; dans le cas contraire, elle se plaint de son éloignement et recherche sa présence, disant avec le prophète : « Je Te cherche : je cherche ta Face, Seigneur ! » Pourquoi ne Le chercherait-elle pas ? Car quand cet époux si digne d’amour lui est enlevé, elle est incapable, je ne dirai pas de désirer autre chose, mais de penser même à autre chose. Elle n’a plus qu’à rechercher de tout son pouvoir l’absent, de rappeler Celui qui s’éloigne. C’est ainsi qu’elle rappelle le Verbe… »

                                                          *

Versets 36-39. « Ces deux brèves paraboles (tissu et outres) complètent fort bien la sentence prophétique  à laquelle les trois Synoptiques l’ont adjointe, d’un commun accord… Luc force l’image du vêtement, puisqu’il ne s’agit plus seulement de mettre une pièce neuve, mais de déchirer un manteau neuf pour réparer le vieux… C’est que l’image du vêtement n’est pas celle d’un pur revêtement, sans rapport avec ce qu’il couvre…

La BC II* explique que le verset de Luc 5, 39 constitue une « autre parabole » que celle du « vin nouveau » à garder dans des outres neuves. Il s’agit ici de toute l’attention qu’on doit porter au vin vieux. Après vingt siècles de christianisme, L’Evangile est devenu pour nous « un vin vieux » au point qu’il n’y a plus à désirer du nouveau.

            Saint Jean de la Croix blâmait la recherche de « nouvelles révélations », quand Dieu nous a tout donné en son Fils. (Rm 8, 32).

 

Répondre à () :


Captcha