0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 octobre 2021
Méditation du 3 octobre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49276 mots

Méditation du 3 octobre 2021

2021 10 03 A LA MANIERE D’UN ENFANT (27TO)  (Marc 10, 2-16)

 

            Jésus se réfère à ce que Dieu avait prévu pour l’homme et la femme, dès les origines. Dieu ne peut pas se tromper.

            La BC II* donne des explications opportunes.

            Le Deutéronome étant formel, la seule question discutée entre rabbins était de savoir pour quel motif la répudiation devenait légitime… Selon Marc, ce serait plus directement « une épreuve » pour mettre Jésus, dont la position devait être connue, en contradiction avec Moïse, sur la légitimité ou non de toute répudiation.

            Aux questions des Pharisiens (v. 4-6), Jésus répond d’une façon conforme à son Esprit, car Il est venu accomplir le dessein du Père. Il ne cherche pas à « délimiter » la Loi, mais à rentrer dans la Pensée d’amour initiale de Dieu, en créant le monde.

            L’expression « au commencement » réfère non seulement à la création d’Adam, mais, comme dans le Prologue de saint Jean, à son « Principe » absolu, éternel : notre élection dans le Christ, dès avant la fondation du monde, pour que nous soyons, à l’image de la Trinité, « hommes et femmes » saints et immaculés devant Lui, dans la Charité (Ep 1, 4) (et Jean 1, 1).

            « Il les fit homme et femme ». L’éternel Dessein de Dieu prend corps dans la constitution même du couple humain. Sa Volonté est donc inscrite au plus profond de notre nature, jusque dans notre constitution morphologique.

            Il n’appartient pas à l’homme d’en légiférer, d’aller contre le dessein de Dieu.

                                                                      *

            Les versets 13-16 ne sont pas venus là au hasard ou une « pièce mal jointe ». L’enfant, fruit du couple, sera l’objet de toute l’attention de Jésus ; Il le désigne même comme le représentant de l’idéal des hommes en quête du Royaume. « Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Et Jésus se retrouve pleinement dans ces cœurs d’enfants qui manifestent une confiance totale, à leurs parents et à Dieu. Les enfants ne contestent pas, mais, en accueillant Jésus qu’ils approchent, ils disent leur désir du Royaume.

            Notons l’influence spirituelle historique de Sainte Thérèse de Lisieux et de sa « petite voie d’enfance spirituelle ». Chercher Dieu, comme de petits enfants !

 

 

Répondre à () :


Captcha