0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 mai 2021
Méditation du 3 mai 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 3 mai 2021

2021 05 03 A VU LE PERE (5Pâques1) (Jean 14, 6-14)

            La question de Philippe a suscité les recherches des théologiens sur la distinction des Personnes et leur égale nature. C’est au Concile de Constantinople, en 381, qu’ont abouti les débats par l’établissement d’une égalité de trois Personnes distinctes. Les travaux de Saint Athanase, à Alexandrie, et ceux de Saint Hilaire ont jeté les bases de ce dogme.

            Voici ce qu’écrivait Saint Hilaire de Poitiers (315-367) : (De Trinitate, 7)

            « Croyez-moi : Je suis dans le Père et le Père est en moi. » Que veut donc dire : « Croyez-moi » ? Assurément cette parole est à rapprocher de cette autre : « Montre-nous le Père ». Le Christ ordonne à ses apôtres de le croire pour raffermir leur foi, cette foi qui avait demandé à voir le Père. Car il n'avait pas suffi au Seigneur de dire : « Qui m'a vu a vu aussi le Père »... Le Seigneur veut que nous croyions en lui, pour que la conviction intime de notre foi ne risque pas de chanceler... Croyons au moins sur le témoignage de ses œuvres que le Fils est Dieu en Dieu, qu'il est né de Dieu et que le Père et le Fils sont un : l'un est dans l'autre par la puissance de leur nature divine, et aucun d'eux n'existe sans l'autre. Par ailleurs, le Père ne renonce à rien de ce qu'il possède du fait qu'il est dans le Fils, tandis que celui-ci reçoit du Père tout ce par quoi il est Fils.

            Être réciproquement l'un dans l'autre, posséder l'unité parfaite d'une nature essentielle, que le Fils unique et éternel soit inséparable de la vraie nature divine du Père : une telle manière d'être n'appartient pas à tout ce qui a une nature matérielle. Non, il s'agit là d'un caractère propre à Dieu, le Fils unique..., cet état de fait qu'une personne habitant l'autre le fait exister. Car chacun des deux existe du fait que l'une n'est pas sans l'autre, puisque la nature de l'être qui existe est la même, qu'il s'agisse de celui qui engendre ou de celui qui naît.

            Tel est le sens de ces textes : « Moi et le Père, nous sommes un » (Jn 10,30), « Celui qui m'a vu a vu le Père », et « Je suis dans le Père et le Père est en moi ». Le Fils n'est pas différent ni inférieur au Père...; le Fils de Dieu, naissant en Dieu, manifeste en lui la nature du Dieu qui l'engendre. »




 

 

Répondre à () :


Captcha