0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 juillet 2021
Méditation du 3 juillet 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49272 mots

Méditation du 3 juillet 2021

2021 07 03 SOIS CROYANT (13TO6) (Jean 20, 24-29)

 

            « La béatitude finale constitue une conclusion de tout l’évangile et une reprise d’un thème majeur du judaïsme : entre le voir et le croire, le spectacle et l’écoute, la monstration et la parole, c’est le second terme qui constitue la condition normale et idéale du croyant. Même ceux qui ont vu ont dû croire au-delà de ce qu’ils voyaient. Le Verbe, dès l’instant où Il a pris « chair » n’a laissé voir que la chair, c’est-à-dire l’humanité à ses disciples où pourtant il fallait « voir Dieu manifesté en gloire ». Nous sommes bienheureux, nous les destinataires de l’évangile qui n’ont pas vu, si, par le témoignage des apôtres, nous adhérons au Christ et devenons croyants.

            La transformation de Thomas se manifeste par deux traits : d’abord il renonce à aller au bout de ses premières exigences de toucher les points blessés du Seigneur. L’important pour lui est dans la seconde partie de la phrase de Jésus : « …Cesse d’être incrédule, deviens croyant » (v.27). A l’invitation de mener jusqu’à l’absurde son besoin de preuves, il répond par le cri de foi le plus grand qu’un homme ait poussé vers Jésus : « Mon Seigneur et mon Dieu » (v.28). Celui-là même qui avait refusé le témoignage de Marie, puis de ses frères, manifeste une foi pleine en assumant la double dimension de croire. La première comporte une part objective à travers les deux titres qu’il attribue à Jésus : Seigneur et Dieu. La seconde dimension est à chercher dans la transformation du croyant, son implication personnelle. Elle est là, dans l’évidence du double pronom à la première personne : « mon Seigneur et mon Dieu ».

            Thomas a voulu voir alors qu’il aurait pu être le premier bienheureux à croire sans avoir vu. Il sert de contre-exemple, puisque sa foi a eu besoin du voir. Jésus, face à celui qui aurait pu être le premier chrétien devenu croyant sur le témoignage de Marie et des apôtres, proclame « bienheureux ceux qui croient sans avoir vu ». (..)

            La défaillance de Thomas débouche dans le cri et la profession de foi la plus grande. L’évangéliste n’oublie jamais, au-delà des personnages, la révélation de Jésus qui s’exprime progressivement. »

            (Alain Marchadour. « Venez et vous verrez ».)

 

Répondre à () :


Captcha