Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 décembre 2019

| cplucon

Méditation du 3 décembre 2019

(Luc 10, 21-24)

            Gloire à Dieu parce qu’Il se révèle, et notamment dans le mystère de l’Incarnation, où son Verbe se fait chair (Jean 1, 14). Heureux sont les hommes qui L’accueillent, alors que beaucoup de prophètes et de rois auraient voulu Le connaître, Le voir et L’entendre, et ne l’ont pas entendu. » Heureux les disciples ! Ils sont de ceux à qui le Fils veut le révéler ; ils ne sont pas des sages ou des savants, mais des tout-petits. C’est donc dans le secret de l’humilité qu’on peut accueillir Dieu ; l’exultation de Jésus a lieu sous l’action de l’Esprit Saint. C’est donc bien Dieu qui se révèle en Lui. Nous avons ainsi une des bases de ce qui deviendra « la Trinité ». (Le texte parallèle se trouve en Matthieu 11, 25-27). Noël sera une « théophanie ».

                Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, expliquait à son peuple l’histoire de cette « Révélation » et son sens pour tous ceux qui croient en Dieu.

            « Dès que Dieu a vu le monde bouleversé par la crainte, il a mis en œuvre son amour pour le rappeler à lui, sa grâce pour l'inviter, son affection pour l'embrasser. Lors du déluge... il appelle Noé à engendrer un monde nouveau, l'encourage par de douces paroles, lui donne sa confiance familière, l'instruit avec bonté sur le présent et le console par sa grâce au sujet de l'avenir... Il prend part à son labeur et enferme dans l'arche le germe du monde entier, pour que l'amour de son alliance bannisse la crainte... 

            Ensuite Dieu appelle Abraham du milieu des nations, il magnifie son nom et le fait père des croyants. Il l'accompagne en chemin, le protège à l'étranger, le comble de richesses, l'honore de victoires, l'assure de ses promesses, l'arrache aux injustices, le console dans son hospitalité et l'émerveille par une naissance inespérée afin que, attiré par la grande douceur de l'amour divin, il apprenne à... adorer Dieu en l'aimant et non plus en tremblant. (…)

            Dans tous ces événements, la flamme de la charité divine a embrasé le cœur des hommes..., et ceux-ci, l'âme blessée, ont commencé à désirer voir Dieu avec leurs yeux de chair... L'amour n'admet pas ne pas voir ce qu'il aime. Tous les saints n'ont-ils pas considéré comme peu de chose tout ce qu'ils obtenaient tant qu'ils ne voyaient pas Dieu ? ... Que personne donc ne pense que Dieu a eu tort de venir aux hommes par un homme. Il a pris chair parmi nous pour être vu de nous. » 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter