0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 avril 2021
Méditation du 3 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 3 avril 2021

2021 04 03 SAMEDI SAINT

Aucune allusion à ce Jour du « grand deuil » dans l’Evangile de Marc.

 

Voici une méditation de Saint Léon, pape de 440à 461 : (« Samedi Saint »)


« Pour nous, bien-aimés,

qui ne trouvons pas en notre Seigneur Jésus-Christ crucifié

un motif de scandale ni une folie,

mais la force de Dieu et la sagesse de Dieu ;

pour nous, dis-je, race spirituelle d'Abraham,

non pas engendrés dans une descendance esclave, mais régénérés dans une famille libre ;

nous pour qui a été immolé l'agneau véritable et immaculé, le Christ,

après que nous eussions été retirés de l'oppression et de la tyrannie de l'Egypte

par une main puissante et un bras étendu ;

étreignons cet admirable sacrement de la Pâque salutaire,

et réformons-nous à l'image de celui qui s'est rendu conforme à notre difformité.

Elevons-nous jusqu'à celui qui, de la poussière de notre abjection, a fait un corps à sa gloire ;

et, afin de mériter d'avoir part à sa résurrection,

mettons-nous en tout en accord avec son humilité et avec sa patience.

Grand est le nom au service duquel nous nous sommes enrôlés,

grand l'état dont nous avons assumé la règle.

Ceux qui suivent le Christ n'ont pas le droit de s'écarter de la voie royale ;

mais il est juste que, tendus vers les réalités éternelles,

ils ne soient pas absorbés par les temporelles.

Et, puisque nous sommes rachetés par le sang précieux du Christ,

 glorifions et portons Dieu dans notre corps ;

ainsi mériterons-nous de parvenir aux biens qui ont été préparés pour les fidèles ;

 par notre Seigneur Jésus-Christ,

à qui appartiennent honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen. »

                                                                      *

Ou une page de Sainte Gertrude  d’Helfta (1256- 1301) (« la mort associée à celle du Christ »).

« Celui qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera. »

Ô mort très chère, toi, tu es mon très heureux partage. De grâce, qu’en toi mon âme trouve donc un nid pour elle, que tes flots de vie m’enveloppent tout entière.

 Ô mort, vie éternelle, de grâce que j’espère toujours sous tes ailes.   Ô mort salutaire, de grâce, que mon âme trouve sa demeure salutaire en tes biens excellents.

 Ô mort très précieuse, tu es ma richesse la plus chère. Oh ! toi, absorbe en toi toute ma vie, et engloutis en toi ma propre mort.

Ô mort qui apportes la vie, de grâce, puissé-je me fondre sous tes ailes.

Ô mort d’où découle la vie, fais qu’une très douce étincelle de ton action vivifiante brûle en moi à jamais.

Ô mort cordialement aimée, tu es de mon cœur la confiance spirituelle.

Ô mort très aimante, en toi sont contenus pour moi tous les biens ; prends-moi, je t’en prie, sous ta bienveillante protection, afin qu’à ma mort, doucement, je repose sous ton ombre.

 

 



 

 

Répondre à () :


Captcha