0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 3 août 2020
Méditation du 3 août 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 3 août 2020

2020 08 03 FILS DE DIEU (18TO1) (Matthieu 14, 22-36)

            Un récit analogue se trouve en Marc 6, 45-52 et en Jean 6, 16-21 ; Luc parle d’une « tempête apaisée » dans un contexte différent, 8, 22-25, où il n’est pas question de Pierre marchant sur les eaux.

            Les disciples, dans la barque malmenée ont peur au point de prendre Jésus pour un fantôme. Pierre Le reconnaît et demande un signe. Si c’est bien Jésus qui parle : « Confiance ! C’est moi ; n’ayez plus peur ! », qu’Il lui permette de marcher sur l’eau, car rien ne Lui est impossible. Que pour chacun de nous cette confiance ne sombre pas à la moindre apparence de danger ! Pierre prend peur quand le vent souffle fort ! Mais la parole de Jésus n’est-elle pas plus efficace que la tempête ? C’est précisément ce que fait Jésus, aussitôt monté dans la barque.

            Ne méritons jamais le reproche de Jésus : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » La grande « leçon » de cette page consiste à croire qu’Il est le « Maître de l’impossible », même de susciter ou de faire grandir la foi là où il y a le doute, l’ignorance ou le refus, l’hésitation ou la peur.

            « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » Cri du cœur, mais le titre de « Fils de Dieu » n’a été donné qu’après la Résurrection. Les apôtres se sont souvenus de leur admiration sans borne devant les prouesses accomplies quand Il était avec eux, et Lui adressent les « plus hauts titres » que ces actions éclatantes méritaient.

            « Ils abordèrent à Génésareth ». La ville de Tibériade (ainsi appelée en l’honneur de Tibère, qui régnait alors qu’Antipas la fondait en l’année 20) était évitée par les Juifs, mais le nom romain a prévalu. On y accourt avec les malades dans l’espoir de « toucher la frange de son manteau ». Ce désir rappelle évidemment la foi de la femme qui pensait ce geste suffisant : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » (Matthieu 9, 21). (La « frange », morceau de tissu cousu aux quatre coins du vêtement rappelait par son fil bleu l’obligation de se souvenir des commandements).

            « Et tous ceux qui le faisaient furent sauvés ». C’est la foi qui sauve ; et Jésus le sait. Mais Lui sait voir la foi qui accompagne ce geste, qui n’est pas une superstition.

Répondre à () :


Captcha