Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 29 novembre 2019

| cplucon

Méditation du 29 novembre 2019

(Luc 21, 29-33)                

            En d’autres circonstances, Jésus demandait de savoir interpréter les signes « du ciel », notre moderne « météo ». Ici, ce sont les signes de la croissance végétale, comme pour les grains jetés en terre : le figuier dont les fruits sont tardifs mais les bourgeons précoces. Si nous savons et sentons l’été arriver, les « signes de Dieu » annoncent l’arrivée de son Règne. Or celui-ci est invisible ; on ne pourra pas dire : « Il est ici ou là… » Ces « signes » nous permettent de réfléchir à cette conclusion essentielle, inévitable : « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »

            Ces « Paroles », où les chercher ? Selon les indications mêmes du Deutéronome, elles ne sont pas « hors de la portée des hommes » 30, 14. 16 : « Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique…1Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances. » Jésus, lui, dira en jugeant ses Paroles : « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. » (Jean 6, 63). Dans le contexte de la fin de cette péricope, il est bon de se rappeler  cette remarque de Jésus, en Jean 12, 48 : « Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles aura, pour le juger, la parole que j’ai prononcée : c’est elle qui le jugera au dernier jour. »

            La Parole de Dieu doit donc devenir sa Présence, nous faire vivre en Lui et selon Lui. 

            Dans son Exhortation apostolique « La Parole du Seigneur » (30 septembre 2010), Benoît XVI rappelait l’importance de la Parole de Dieu, Jésus Lui-même.

            « C’est un don et une tâche incontournable de l’Église de communiquer la joie qui vient de la rencontre avec la Personne du Christ, Parole de Dieu présente au milieu de nous. Dans un monde qui souvent ressent Dieu comme superflu ou étranger, nous confessons comme Pierre que Lui seul a « les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 68). Il n’existe pas de priorité plus grande que celle-ci : ouvrir à nouveau à l’homme d’aujourd’hui l’accès à Dieu, au Dieu qui parle et qui nous communique son amour pour que nous ayons la vie en abondance (cf. Jn 10, 10). » (1, 2)

Répondre à () :


Captcha

Newsletter