0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 29 juin 2020
Méditation du 29 juin 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 29 juin 2020

2020 06 29 TU ES PIERRE (13TO1) (Matthieu 16, 13-19)

            Jésus prépare le cœur de Pierre par ce sondage auprès des disciples ; Pierre s’attendait-il à la deuxième question ? Et que met-il sous les mots qu’il prononce, il est vrai, sous l’inspiration du Père ? Cette « inspiration » est d’abord une « grâce », car ce n’est pas « la chair et le sang », l’homme laissé aux seules forces de sa raison, qui sont capables de voir Dieu dans un homme. Pierre avoue quelque chose « qui le dépasse », et il en est ainsi pour tous nos actes de foi.

            C’est sur cette base de foi que Jésus peut établir Pierre responsable de son Eglise ; Jésus lui confère un pouvoir au-dessus de ce qui était prévisible, car Jésus, en quelque sorte, se soumet à l’autorité de Pierre : Il « entérinera » dans les cieux ce que Pierre aura décidé pour le peuple de Dieu sur terre. C’est proprement « vertigineux ! » Mais ce pouvoir n’a rien de magique : l’assistance divine est promise à Pierre comme une Sagesse souveraine. Le Christ ressuscité « travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. » (Marc 16, 20).

            Ce texte pose la question permanente aux disciples : « Qui est Jésus pour moi ? » Lui me pose sans cesse la question. La réponse est celle que nous donnons… aux frères.

            Quand nous les aimons et servons « par amour » pour Lui, Jésus, alors nous répondons que nous croyons qu’Il est le Fils de Dieu, envoyé pour sauver les hommes. Il est le Fils de Dieu, Ressuscité qui nous conduit ; Il est le Fils de Dieu dont les paroles nous font vivre ; Il est « Seigneur » qui parle « avec autorité ». Nous l’aidons à être « l’Aujourd’hui de Dieu ». Il devient pour nos frères et sœurs non plus seulement Jésus qui a vécu autrefois, mais qui vit encore et toujours Il anime la vie des saints qui font percevoir que ce n’est pas « leur travail », mais celui de Dieu qui continue son œuvre de salut.

            « La puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle ». Jésus, vainqueur de la mort, assure sa victoire finale. Certes le mal continue dans le monde, mais si Jésus est vainqueur en nous du mal, alors son Royaume progresse. L’Eglise, docile à son message, fait triompher les Béatitudes. Alors, Il est le fils du Dieu vivant, Celui qui est venu dans le monde ; Il continue de le sauver.

Répondre à () :


Captcha