0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 28 novembre 2021
Méditation du 28 novembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49317 mots

Méditation du 28 novembre 2021

2021 11 28 REDEMPTION (1AVENT –C-) (Luc 21, 25- 28. 34- 36)

 

(Ces versets d’Evangile ont été déjà lus ces jours-ci. Entre la fin de l’année liturgique et l’Avent, une certaine continuité sur la méditation de la fin des temps…et le Retour glorieux du « Fils de l’homme »).

            Cette méditation de saint Aelred de Riévaulx, moine cistercien dans le sud de l’Angleterre (1110- 1167,) nous place dans l’atmosphère d’attente du croyant, devant le mystérieux « Retour du Christ ».

        

       « Ce temps de l'Avent représente les deux avènements de notre Seigneur : d'abord le très doux avènement du « plus beau des enfants des hommes » (Ps 44,3), du « Désiré de toutes les nations » (Ag 2,8), du Fils de Dieu qui a manifesté visiblement dans la chair à ce monde sa présence longtemps attendue et ardemment désirée par tous les saints pères : l'avènement où il est venu dans le monde pour sauver les pécheurs.

        Ce temps rappelle aussi l'avènement que nous attendons avec une ferme espérance et que nous devons très souvent nous remémorer avec des larmes, celui qui aura lieu lorsque le même Seigneur viendra manifestement dans la gloire...: c'est-à-dire au jour du jugement lorsqu'il viendra manifestement pour juger. Le premier avènement a été connu de très peu d'hommes ; dans le second, il se manifestera aux justes et aux pécheurs comme l'annonce le prophète : « Et toute chair verra le salut de Dieu » (Is 40,5; Lc 3,6)...

            Suivons donc, frères très chers, les exemples des saints pères, ravivons leur désir et embrasons nos esprits de l'amour et du désir du Christ. Vous savez bien que la célébration de ce temps a été instituée pour renouveler en nous ce désir que les anciens pères avaient de la première venue du Seigneur et pour que, par leurs exemples, nous apprenions aussi à désirer son retour. Pensons à tout le bien que le Seigneur a accompli pour nous en sa première venue ; combien plus encore n'en accomplira-t-il pas lorsqu'il reviendra ! Cette pensée nous fera aimer davantage sa venue passée et davantage désirer son retour...

            Si nous voulons connaître la paix quand il viendra, efforçons-nous d'accueillir avec foi et amour sa venue passée. Demeurons fidèlement dans les œuvres qu'il nous a manifestées et nous a enseignées alors. Nourrissons en nos cœurs l'amour du Seigneur, et par l'amour, le désir, afin que lorsqu'il viendra, le Désiré des nations, nous puissions porter les yeux sur lui en toute confiance. »

Répondre à () :


Captcha