0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 septembre 2021
Méditation du 27 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49346 mots

Méditation du 27 septembre 2021

2021 09 27 LE PLUS GRAND (26TO1) (Luc 9, 46-50)

 

            Jésus n’a pas pu oublier sa propre enfance ; ici, Il montre que Dieu s’assimile au « plus petit. » Il importe donc de Le découvrir dans ce qui est méprisé…Comment oublier Ph 2, 6-11 : «Jésus, de condition divine… » Le verset 48 condamne ceux qui, aujourd’hui comme hier, méprise ou tuent l’enfant. N’est-ce pas rien que Jésus ait fait remonter l’offense à un enfant comme une faute qui Le concerne, Lui, et par Lui, Celui qui L’a envoyé, Dieu le Père Lui-même ?

         Au verset 46 répond la fin du verset 48, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. » Les disciples ont rêvé de grandeur, et d’ambition.  

La BC II*, page 436, dit à propos de ce passage de Luc : « C’est le    « retournement évangélique », annoncé déjà dans le « Magnificat » et qui est le Mystère pascal même, tel que l’explique le texte-clé de Ph 2, 5-11 : « Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus », dans son Incarnation et sa mort rédemptrice. Quoi d’étonnant si tout chrétien doit entrer dans ce mystère d’humilité !

         Hier, dans l’Evangile de Marc, Jean l’Apôtre était présenté comme ici en Luc voulant interdire  « quelqu’un » d’expulser les démons et parce que cet homme, dit-il, ne marche pas à ta suite avec nous. » La réponse de Jésus met en avant et la trop grande rigueur de Jean, sinon sa jalousie, et son étroitesse ; Jésus a transmis ce pouvoir « en vue du Royaume » ; et Jean agit comme attaché à ce pouvoir. (Les versets 49-50 sont repris par Luc à Marc, qui les avait écrits dans un autre contexte)

 

            Saint Jean Cassien (v. 360-435) expliquait qu’à l’école du Christ c’est l’humilité qui grandit.

        « Mais de faire des signes et des miracles, cela n'est pas toujours nécessaire, ni avantageux à tous, et n'est pas accordé non plus à tous. C'est donc l'humilité qui est la maîtresse de toutes les vertus, le fondement inébranlable de l'édifice céleste, le don propre et magnifique du Sauveur. Celui qui la possède pourra faire, sans péril d’orgueil, tous les miracles que le Christ a opérés, parce qu'il cherche à imiter le doux Seigneur, non dans la sublimité de ses prodiges, mais dans la vertu de patience et d'humilité.

            Par contre, pour celui qui est impatient de commander aux esprits immondes, de rendre la santé aux malades, de montrer aux foules quelque signe merveilleux, il peut bien invoquer le nom du Christ au milieu de toute son ostentation ; mais il est étranger au Christ, parce que son âme orgueilleuse ne suit pas le maître de l'humilité. »

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha