Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 novembre 2019

| cplucon

Méditation du 27 novembre 2019

(Luc 21, 12-19)

            Cette péricope a été méditée le 33° dimanche, du moins en bonne partie (17/11/2019)

            C’est le récit de ce qui s’est passé dans les premières décennies après l’Ascension, mais Jésus avait certainement parlé de ce qui arriverait aux disciples, en d’autres termes. Les événements figurent plutôt dans les Actes des Apôtres, par exemple les arrestations de Pierre : « Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain… » ; «  Ils mirent la main sur les Apôtres et les placèrent publiquement sous bonne garde. » (Ac 4, 3. 5, 18)         .De même, « on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom » fera allusionau jugement de Paul (Ac 22-26)…Tout cela révèle que Luc est l’auteur de l’Evangile qui porte son nom et des Actes des Apôtres, récit de ses voyages avec Paul, son maître, et des débuts de l’Eglise dans le Proche-Orient au premier siècle de notre ère. 

            Luc attribue au Fils, Jésus, d’assister ses disciples persécutés en son Nom. Ils ont attesté qu’ils sentaient ce secours. Le discours d’Etienne devant le Sanhédrin (Ac 7) s’avère inspiré, « prophétique » : le verset 15 semble y faire allusion, au point que la violence du tribunal transformera l’accusé en victime innocente, témoin du Christ et de la foi renouvelée. Les tensions familiales et les dénonciations n’ont pas manqué dès cette époque et dureront jusqu’au 4° siècle. La « mise à mort », évoquée au verset 16, fait allusion au meurtre de Jacques : « À cette époque, le roi Hérode Agrippa se saisit de certains membres de l’Église pour les mettre à mal. Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter. » (Ac 12, 1-2).

            Jésus invite à la confiance : rien ne sera inutile de ce qui sera fait pour Lui. Voyons bien sur quoi Il insiste : la « persévérance ». Dans le Discours après la Cène, Il demande à plusieurs reprises de « demeurer » en Lui. Lui est avec nous jusqu’à la fin des temps ; comment ne ferions-nous pas l’impossible pour « persévérer » et « garder notre vie ». Nul doute que Jésus pense ici à la vie éternelle.

            Nous n’avons donc pas affaire à un tableau effrayant ; nous avons à « cultiver » la confiance en Lui. La « leçon » de l’Apocalypse ira dans le même sens ; c’est Jésus le Vainqueur.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter