0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 mars 2021
Méditation du 27 mars 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 27 mars 2021

2021 03 27 JESUS DEVAIT MOURIR (5 Carême 6) (Jean 11, 45-57)

 

 

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église, commentait ainsi la terrible parole de Caïphe : « Il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple » (Jean 11, 50).

            « Afin de blanchir la multitude, un seul s'est laissé noircir..., car « il est bon, dit l'Ecriture, qu'un seul homme meure pour le peuple ». Il est bon qu'un seul prenne « la ressemblance de la chair de péché » (Rm 8,3), et que toute la race ne soit pas condamnée pour le péché. La splendeur de l'essence divine se voile donc en la forme d'esclave, pour sauver la vie de l'esclave. L'éclat de la vie éternelle s'assombrit dans la chair pour purifier la chair. Pour éclairer les fils des hommes, le plus beau des enfants des hommes (Ps 44,3) doit s'obscurcir dans sa Passion, accepter la honte de la croix. Exsangue dans la mort, qu'il perde toute beauté, tout honneur, pour s'acquérir, belle et glorieuse, son Epouse sans tache ni ride, l'Église (Ep 5,27).

Mais sous cette tente noire (Ct 1,5)..., je reconnais le roi... Je le reconnais et je l'embrasse. Je vois sa gloire qui est à l'intérieur ; je devine l'éclat de sa divinité, la beauté de sa force, la splendeur de sa grâce, la pureté de son innocence. La couleur misérable de l'infirmité humaine le couvre ; son visage est comme caché, défait, à l'heure où pour nous ressembler il est éprouvé comme nous, mais n'a pas péché.

Je reconnais aussi la forme de notre nature souillée, je reconnais cette tunique de peau, le vêtement de nos premiers parents (Gn 3,21). Mon Dieu s'en est revêtu, prenant la forme de l'esclave, devenu semblable aux hommes (Ph 2,7) et habillé comme eux. Sous cette peau de chevreau, signe du péché, dont se couvrit Jacob (Gn 27,16), je reconnais la main qui n'a pas péché, la nuque jamais courbée sous l'emprise du mal. Je sais, Seigneur, que par nature tu es doux, humble de cœur, abordable, paisible, souriant, toi qui as été « oint de l'huile de joie plus que tes compagnons » (Mt 11,29 ; Ps 44,8). D'où te vient donc cette rude ressemblance d'Esaü, cette affreuse apparence du péché ? Ah, c'est la mienne ! ... Je reconnais mon bien, et sous mon visage je vois mon Dieu, mon Sauveur. »

 

 

Répondre à () :


Captcha