0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 mai 2021
Méditation du 27 mai 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49267 mots

Méditation du 27 mai 2021

2021 05 27 TA FOI T’A SAUVE (8TO4) (Marc 10, 46-52)

 

« Bartimée est un dernier exemple du disciple appelé à suivre le Christ…Mais l’invocation au « Fils de David » annonce à la fois les acclamations des Rameaux et la controverse des Pharisiens sur le Messie, fils ou Seigneur de David…

            On est au départ d’une montée triomphale…Jésus avance sur la route, suivi d’une foule nombreuse, à laquelle va se joindre l’aveugle, jusque-là immobile, assis au bord de la route… La mise en mouvement de Bartimée est particulièrement spectaculaire en Marc (v. 50).

            Selon David-Marc d’Hamonville, Jésus demande à Bartimée d’expliciter  sa demande dans des termes analogues à ceux qu’Il avait adressés à Jacques et à Jean : « Que voulez-vous que Je fasse pour vous ? » Et ici : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle demande sa guérison, tandis que Jacques et Jean demandaient une promotion.

            Que demandons-nous à Jésus dans nos prières ? Jésus a beaucoup guéri, Il a aimé guérir, mais Il n’a pas aimé donner des promotions, des bonnes places à ses amis. On peut se rappeler le parallélisme déjà établi au ch. 8 : les disciples ne comprenaient pas, « avaient des yeux et ne voyaient pas » ; alors Jésus avait ouvert les yeux d’un aveugle. La leçon ici porte bel et bien sur la prière, ce qui peut être demandé et ce qui n’est pas exauçable. (…)

            Jésus voyait la fragilité derrière les fanfaronnades des « fils du tonnerre », et il était obligé de prendre Lui aussi des précautions : « Vous ne savez pas ce que vous demandez ». Bartimée, au contraire, n’a pas accès à Jésus, il a bien plutôt devant lui des gens qui lui font barrage, mais il prend des risques, il « bondit » - c’est très dangereux pour un aveugle – il laisse tomber son manteau, le manteau du mendiant qui est, selon la Torah, la seule chose qu’on ne pouvait en aucun cas lui prendre à gage, et donc son unique protection. Il ne prend aucune précaution, il vient devant Jésus en rejetant toute protection, nu, sans rien. Dans cette audace, Jésus reconnaît assurément la foi, la seule véritable force : « Ta foi t’a sauvé. »

            « Il Le suivait sur le chemin »

           

 

Répondre à () :


Captcha