0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 janvier 2021
Méditation du 27 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 27 janvier 2021

2021 01 27 CENT POUR UN (2TO3) (Marc 4, 1-20)

 

            « L’entourage de Jésus comporte plusieurs cercles plus ou moins rapprochés, restant sauve la liberté qu’a Jésus de toujours laisser ces cercles ouverts, de se rendre Lui-même proche de ceux que la foule tient à distance. Ici, tout près de Jésus  nous voyons les Douze et « ceux autour de Lui », les disciples qui restent des proches par rapport à «la foule », la « multitude ». (…)

            La question qui introduit l’explication de Jésus est d’une importance capitale : « Cette parabole-là » n’est pas une parabole entre autres, elle est la clé de toutes les autres. Faute de comprendre celle-là, on risque de rester à la surface des autres, à un jeu plaisant d’images et de comparaisons, sans aborder le mystère. De fait, aucune parabole n’est aussi déployée, expliquée aussi minutieusement, et toutes les autres paraboles du ch. 4 de  Marc précisent encore les propriétés de ces semailles étonnantes dont parle Jésus. Dans la parabole du Semeur, Jésus exprime à la fois ce qu’Il fait et ce qu’Il est. Le mot « parole », répété huit fois en sept versets, solution présentée par la parabole, y prend un relief formidable, décisif.

            Il deviendra, dans le Prologue de Jean, le nom divin de Jésus, mystérieusement semé parmi les hommes, rejeté ou accueilli, par là rendu stérile ou d’une fécondité extraordinaire, la « Parole de Dieu », le «Verbe de Dieu ». La parabole du Semeur tient dans l’enseignement de Jésus en  Marc la place du Prologue en Jean : révélation inaugurale du mystère de Dieu, un Dieu qui se révèle sans forcer le moins du monde la liberté humaine, un « Dieu » si discret qu’Il n’est toujours pas nommé ! Il ne procède que par semailles, semailles d’une Parole. Ce Dieu de Jésus a la même discrétion que Lui : le « secret messianique », selon la formule consacrée, n’est-il pas à rapprocher de la discrétion étonnante de Jésus sur son Dieu ? De la discrétion de ce Dieu Lui-même dont l’action est un ensemencement fort peu démonstratif, qui reste presque invisible ? » (David-Marc d’Hamonville)

Répondre à () :


Captcha