0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 27 décembre 2020
Méditation du 27 décembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 27 décembre 2020

2020 12 27 LUMIERE (Sainte Famille) (Luc 2, 22-40)

            La sainte Famille se manifeste d’abord dans sa piété : la Loi du Seigneur rappelle à toutes les étapes de la vie comment tous se trouvent dans la main du Seigneur : circoncision et attribution du nom, comme la Présentation au Temple, rappelaient que tout enfant est un cadeau de Dieu et reste voué à Dieu dans tout ce qu’il est ou fait. La fête, prévue par le Lévitique 12, 24 devait se dérouler selon un rituel comportant une offrande, un couple de tourterelles ou deux petites colombes, en action de grâce.

            Qui était Syméon ? Luc dit simplement de lui « homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël ». Mais il se laissait guider par l’Esprit Saint : « L’Esprit Saint était sur lui.  Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.  Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple… » Il a donc été le premier héraut qui ait proclamé dans un modèle de prière la vie de Jésus : d’un regard, son discours loue Dieu parce que son attente est comblée. Résumant l’espérance de la Première Alliance, il « voit » le salut promis par Dieu enfin réalisé dans cet Enfant. Comblé, il remercie  Dieu de lui avoir permis ce spectacle ; il tient dans ses bras le « salut », la « Lumière » des nations. Luc sera l’évangéliste qui célèbre l’élargissement du salut aux nations païennes, au-delà des frontières d’Israël. Jésus sera la gloire d’Israël.

            Le discours de Syméon se prolonge dans une « bénédiction » des parents qui ne cache pas l’annonce des souffrances de sa mère : souffrances en tout genre, que l’Evangile de Luc va mentionner, depuis la « perte » de Jésus à douze ans jusqu’au « signe de contradiction » que Jésus sera pour le peuple. Jésus n’a pas fait d’emblée l’unanimité sur son message, ni de son vivant ni par la suite…En ce sens, Il est venu apporter le « glaive », comme Il le dira Lui-même, en opposant les membres d’une même famille selon leur foi en Lui.

            Anne, l’écho des « petites âmes » à qui Dieu se révèle dans le silence de l’amour, servait dans le Temple ; « elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. »…          

« La grâce de Dieu était sur lui ». Dieu bénissait son Fils, sa « Famille » et toutes les familles des hommes…

 

Répondre à () :


Captcha