Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 26 novembre 2019

| cplucon

Méditation du 26 novembre 2019

(Luc 21, 5-11)            

            A propos de ce texte, la Bible de Jérusalem et les exégètes pensent que ce n’est pas une description « après la ruine de la Ville en 70 de notre ère », mais plutôt un « rappel » de la prise de Jérusalem en 587 avant Jésus-Christ, par les troupes de Nabuchodonosor. La question des apôtres (V. 7) à Jésus laisse entendre l’angoisse des communautés pendant les années qui ont précédé l’an 70, et la réponse de Jésus demande de se soucier de la Vérité de l’enseignement qu’ils donnent, alors que des « faussaires » prétendront : « C’est moi », selon le bruit qui courait alors, du retour de Jésus : « Ne marchez pas derrière eux ! » 

            Les « bruits » de guerre et d’autres calamités, certes effrayants, ne doivent pas troubler les disciples autant que les risques de déviation doctrinale sous la poussée des « faux-messies ». L’histoire juive du moment, et les Lettres de Saint Paul qui sont des années 50 à 67 montrent bien les tensions religieuses de l’époque. Elles ne cesseront pas de sitôt : la première Lettre de saint Jean (sans doute de la fin du 1° siècle) fait état des « anti-christs », et la suite de l’histoire de l’Eglise connaîtra de nombreux schismes et hérésies. La première mise en garde remonte à Jésus Lui-même.

            Le risque est effectivement plus grand d’une déviance doctrinale. Les persécutions et les guerres ont coûté de trop nombreuses vies ; mais les « vrais » disciples n’ont pas vendu leur âme. « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » (Matthieu 10, 28)

            “Le moment est tout proche.” Que de fois avons-nous entendu les dates de la fin du monde ! La réponse doit s’inspirer d de la consigne de Jésus : « Ne soyez pas terrifiés ! »  

            C’est là qu’il est opportun de se rappeler Matthieu 16, 3 : «Ainsi l’aspect du ciel, vous savez en juger ; mais pour les signes des temps, vous n’en êtes pas capables. » Jésus reprochait à ses contemporains de ne pas interpréter les signes des temps messianiques, ses miracles, par exemple, ou ses paroles, puisque les gardes chargés d’arrêter Jésus en avaient été empêchés : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte » (Jean 7, 46).

Répondre à () :


Captcha

Newsletter