0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 26 mars 2020

| Webmaster

Méditation du 26 mars 2020

(Jean 5, 31-47)

            Jésus reproche à ses compatriotes de ne pas croire en Lui. Et pourtant Jésus a le témoignage du Père, plus valable que celui de Jean-Baptiste. Il sollicite la confiance ; Il demande de ne pas l’opposer à Moïse.

            Jésus a estimé le témoignage rendu par Jean-Baptiste « à la vérité » quand il a annoncé : « Voici l’Agneau de Dieu ! » Jean reconnaissait par ce mot que Jésus est « le Fils » de Dieu. « Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. »

            Si valable que soit le témoignage de Jean, il n’est que celui d’un homme. Or Jésus ne peut pas douter que le Père « témoigne » de Lui, parce qu’Il est son Père et Celui qui L’a envoyé. Quelles sont ces « œuvres », sinon susciter la foi, comme Il le répondra à ceux qui Lui demandent : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6, 28-29). Il ne s’agit pas d’un travail supplémentaire, mais d’un acte de foi en Jésus, l’Envoyé du Père.

            Jésus ne reproche pas de n’avoir pas vu le Père, mais de ne pas « laisser Sa Parole demeurer » en eux, ce qui serait l’acte de foi qu’Il attend. A propos des Ecritures qui rendent témoignage à Jésus, Il va dire que ce n’est pas Lui qui les accusera, mais Moïse, notamment par un verset bien connu du Deutéronome 18, 15 : « Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l’écouterez. »

            Le verset 44 rappelle l’Evangile de Matthieu 6, 2: « la gloire qui vient des hommes. » Qui ne cherche sa gloire ou les gratifications de ses proches ? Pour Jésus, il y a antinomie entre la recherche de cette gloire humaine et celle de Dieu. « Ils ont reçu leur récompense », nous dit-Il. « Lui, de condition divine…s’est anéanti, obéissant jusqu’à la mort » (Ph 2, 6-8).

            « Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? » Ainsi ne peut-on opposer Moïse et Jésus. Comme Il l’a laissé entendre dans la Transfiguration, en l’admettant auprès de Lui, Jésus « s’inscrit dans la continuité » avec Moïse et la Loi reçue de Dieu avec le projet d’ exprimer la volonté de Dieu pour son peuple.

Répondre à () :


Captcha