0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 26 juin 2020
Méditation du 26 juin 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 26 juin 2020

2020 06 26 PURIFIE (12 TO5) (Matthieu 8, 1-4)

            Le lépreux est devenu « interdit » : interdit, pour lui, de fréquenter les valides ; interdit, en ce qui  concerne les autres, de le toucher ; bref, il est exclu de toute vie sociale et  de fréquentation du parvis des Juifs.

            La purification exige des rites particuliers dont les prêtres du Temple étaient chargés ; le lépreux demande, ici, plutôt la « guérison » qui permettra la « purification » et donc la réintégration dans la communauté de croyants. Marc (1, 40-45) et Luc (5, 12-16) parlent de ces deux étapes avec plus de détails ; Matthieu ne parle que de « purification ». Jésus touche le lépreux, ce qui suppose une « compassion ». La Parole de Dieu crée et recrée : c’est ici que certains Pères de l’Eglise ont parlé du symbolisme de la nouvelle « création » opérée par Jésus. En purifiant le lépreux, Jésus guérit l’humanité de la lèpre du péché, et la sauve.

            Les trois évangélistes (synoptiques) mentionnent la consigne du « silence » et de la consultation du prêtre ; « attestation » ou « témoignage ». Jésus, on le voit, se soumet à la Loi, et c’est aussi un « témoignage », car « Il est soumis à la loi de Moïse » (Ga 4, 4). Un témoignage aussi en ce sens qu’Il obéit à cette Loi et ne veut pas paraître « au-dessus ».

            Saint Jean Chrysostome montre comment la main pure de Dieu guérit à la fois le corps et l’âme.

            « Il pouvait guérir ce lépreux par le seul acte de sa volonté, ou par une seule parole ; cependant il veut y employer les mains et le toucher. « Et ayant étendu la main, il le toucha. » C'est ainsi qu'il fait voir qu'il n'est pas soumis à la loi, et que rien n'est impur pour celui qui est pur lui-même. Élisée au contraire, pour se conformer aux prescriptions de la loi, ne sortit pas de sa demeure pour toucher Naaman, il se contenta de l'envoyer se laver dans le Jourdain. Le Seigneur prouve que ce n'est pas comme serviteur, mais comme maître qu'il touche et guérit ; car sa main ne fut point souillée par l'attouchement de la lèpre, mais le corps souillé de lèpre fut purifié par le contact de cette main si pure. En effet le Sauveur n'est pas venu seulement pour guérir les corps, mais aussi pour conduire les âmes vers la véritable sagesse… La lèpre du corps n'est en aucune façon un obstacle pour la vertu. »

Répondre à () :


Captcha