0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 26 avril 2021
Méditation du 26 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 26 avril 2021

2021 04 26 LA PORTE (4Pâques1) (Jean 10, 1-10)

            « Le bon Pasteur, c’est la lumière qui se donne. Il nourrit ses brebis en les éclairant. Les bons pâturages où Il les conduit sont des pâturages de clarté ; sa voix est la parole qui la répand… et l’aveugle auquel Il s’est fait connaître est une brebis de son bercail.

            Ceux qui veulent entrer dans ce bercail et conduire ces brebis sans droit ni mandat, ce sont les Pharisiens. Il leur manque, avec les brebis, de parler leur langage, le langage qu’elles entendent et qu’elles suivent, le langage du bon Pasteur. Ce langage, c’est l’amour, c’est le don de soi.

            Les Pharisiens ne songent qu’à eux-mêmes. La révélation du divin Maître menace l’influence qu’ils exercent ; ils luttent contre lui pour la garder. Ils n’ont aucun souci des brebis, de leur vie, de leur bien ; le démon peut attaquer le troupeau, ils ne le défendront pas. Ils ne défendent que leur propre bien. De là leur étroitesse à l’égard des âmes juives qu’ils chargent de prescriptions, à l’égard des autres âmes, des âmes païennes qu’ils ne veulent pas accueillir au bercail.

            Les yeux fixés sur son Père, ne voyant que Lui, ne voulant que Le reproduire pour qu’Il soit connu et glorifié, Jésus veut Le révéler à toutes, les ramener toutes dans l’unité d’un même amour. Il le leur montrera donc en donnant sa vie pour ses brebis. Il la donnera, on ne Lui prendra pas ; Il en avertit à l’avance pour qu’on ne s’y trompe pas : car c’est capital. Il se donnera ; Il révélera dans son amour l’amour du Père dont Il procède, et Il conduira tous ceux qui le suivront dans les pâturages de cet amour qui est la Vérité et la Vie (…)

            Il semble qu’il y ait plusieurs paraboles dans la même et qu’elles n’aient pas été prononcées à la même date et dans des circonstances identiques : ce qui au fond est très possible, car saint Jean n’a pas écrit une histoire de Jésus, il a dit son âme et n’a pas voulu autre chose. La difficulté vient de ce que, en face du bon Pasteur, Notre Seigneur pose à la fois le voleur de nuit, le pasteur étranger dont la voix n’est pas connue, le loup ravisseur et le mercenaire. Les rapports entre le bon pasteur et chacun de ceux-ci sont évidemment très différents des autres. »

            (Dom Augustin Guillerand. « Au seuil de l’abîme de Dieu. »)

 

           

Répondre à () :


Captcha