0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 25 novembre 2021
Méditation du 25 novembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49271 mots

Méditation du 25 novembre 2021

2021 11 25 VOTRE REDEMPTION APPROCHE (34TO4) (Luc 21, 20- 28)

 

            Les premiers versets font allusion plus sûrement au siège de Jérusalem par les troupes babyloniennes en 587 avant J.C. qu’au pillage des Romains en 70 de notre ère, car l’écriture  de l’Evangile de Luc pourrait se situer avant cette date…

Le « temps des païens » (v. 24) désigne de toutes façons les troupes étrangères qui font régner la terreur, et non seulement la persécution. Les « signes dans le soleil, la lune et les étoiles »sont interprétés comme une colère de Dieu. Tout prépare, par les avertissements « de dernière minute » le Retour  glorieux du Fils de l’homme, dans le contexte apocalyptique du livre de Daniel. Les deux derniers versets font partie de ‘l’eschatologie chrétienne’ : l’Eglise croit au Retour glorieux du Fils de l’homme.

Le verset 24 remémore la captivité à Babylone, l’Exil, qui était restée comme le symbole des pires châtiments ; mais l’expression « jusqu’à ce que leur temps soit accompli » dévoile l’espoir d’une libération attendue comme l’expression de la miséricorde divine. Le « temps des païens » est devenu une certitude que Dieu pardonne à son peuple les péchés passés.

Le verset 27 sera repris par Matthieu, au chapitre 25, 31- 46 : il en fera la scène dite du « Jugement dernier », à la fois grandiose et exprimant la majesté de Dieu, infiniment juste et miséricordieux, « avec puissance et grande gloire ».

A qui s’adressent les mots « redressez-vous et relevez la tête » ? A tous ! Du moins à tous ceux qui croient en la souveraineté et en la miséricorde divine. « La rédemption » est traduite par « délivrance » dans la Bible de Jérusalem : le temps où les élus se révéleront, car ils auront eu toute raison de croire en Dieu, ce temps ne peut nous appartenir, il est connu de Dieu seul. Nous sommes avertis.

Saint Jean Chrysostome (345- 407), après avoir médité ces paroles, conseillait à chacun de « veiller » :

      « Voilà pourquoi le Seigneur exige deux qualités de son serviteur : qu'il soit fidèle, pour qu'il ne s'attribue à lui-même rien de ce qui appartient à son maître, et qu'il soit avisé, pour administrer convenablement tout ce qu'on lui a confié. Il nous faut donc ces deux qualités pour être prêts à l'arrivée du Maître... » 

Répondre à () :


Captcha