0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 25 février 2021
Méditation du 25 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 25 février 2021

2021 02 25 FAITES-LE ! (1Carême5) (Matthieu 7, 7-12)

 

            Les deux premiers versets (7-8) rappellent les « amis importuns » de la parabole de Luc (18, 1-8) avec la veuve qui ne laisse pas tranquille le juge inique, ou « l’ami qui vient de nuit » de Luc 11, 5-8, ou, encore plus précisément,  le texte parallèle (Luc 11, 9-13).

            Dans ce dernier texte, on remarque la différence : Luc parle de l’Esprit-Saint que le Père donnera à ceux qui Le prient, alors que Matthieu parle des « bonnes choses ». Si Dieu est « Père », comment ne nous donnerait-Il pas ce qu’Il sait le meilleur pour notre salut ? Il sait mieux que nous ce qui est le meilleur pour nous.

            Le verset 12 est aussi appelé « règle d’Or ». Jésus demande de prendre l’initiative d’aimer les autres et de prendre toutes les mesures pour le leur prouver. Et cela va beaucoup plus loin que le tour négatif du Livre de Tobie (4, 15) : « Ne fais à personne ce que tu détestes, et que cela n’entre dans ton cœur aucun jour de ta vie. »

            Pour illustrer cette « règle d’or », Saint Vincent de Paul (1581-1660) écrivait ces lignes ; comme lui, regardons Jésus, le Modèle parfait.


       « Quel est le premier acte de la charité ? Quelle production fait un cœur qui en est animé ? Qu'est-ce qui sort de lui, à la différence d'un homme qui en est dépourvu ? C'est de bien faire à chacun comme nous voudrions raisonnablement qu'il nous soit fait ; c'est en cela que consiste le précis de la charité. Est-il vrai que je fais à mon prochain ce que je souhaite de lui ? Ah ! C'est un grand examen à faire...

        Regardons le Fils de Dieu : quel cœur de charité, quelle flamme d'amour ! Mon Jésus, dites-nous un peu, s'il vous plaît, qu'est-ce qui vous a tiré du ciel pour venir souffrir la malédiction de la terre, tant de persécutions et de tourments que vous y avez reçus ? Ô Sauveur, ô source de l'amour, humilié jusqu'à nous, jusqu'à un supplice infâme, qui a plus aimé le prochain que vous-même ? Vous êtes venu vous exposer à toutes nos misères, prendre la forme de pécheur, mener une vie souffrante, et souffrir une mort honteuse pour nous. Y a- t-il un amour pareil ?... Il n'y a que Notre Seigneur qui soit si épris de l'amour des créatures, que de quitter le trône de son Père pour venir prendre un corps sujet aux infirmités.

        Et pourquoi ? Pour établir entre nous par son exemple et sa parole, la charité du prochain... Ô mes amis, si nous avions un peu de cet amour, demeurerions-nous les bras croisés ?... Oh non ! La charité ne peut pas demeurer oisive ; elle nous applique au salut et à la consolation des autres. »




 

 

 

Répondre à () :


Captcha