0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 25 avril 2021
Méditation du 25 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 25 avril 2021

2021 04 25 UN SEUL PASTEUR (4Pâques) (Jean 10, 11-18)

 

 

            La liste serait longue des emprunts de Saint Jean (et des évangélistes en général) à ce thème bien connu des prophètes et des psaumes de la Première Alliance. Jésus en a comme revendiqué l’exclusivité, au point que l’appellation devienne « réservée » : Jésus, le Bon Pasteur.

 

            « Il est le bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Le crime que les Juifs méditent ne sera donc qu’un moyen dont Il se servira pour constituer son troupeau. Ils croient Le faire disparaître ; ils vont Le grandir ; ils Lui fourniront l’occasion de se donner et d s’attacher les âmes.

            Sa mort n’aura donc ni le caractère ni les conséquences qu’ils prévoient. Elle ne sera pas la défaite qu’ils comptent Lui infliger ; elle ne mettra pas fin à son  action sur les âmes ; elle sera un acte voulu de Lui, complètement sien, indépendant d’eux et qui établira son influence et son règne en ce monde. Elle sera le lien qui unira en Lui son Père aux âmes ; elle sera l’acte d’amour, le ciment spirituel qui liera tout l’ensemble créé à son Créateur, qui Le constituera bergerie et berger et porte de la bergerie. Elle sera la victoire définitive et complète sur les voleurs de nuit et les loups ravisseurs et la mise à l’écart  des mercenaires incapables de ce don de soi.

            Il y reviendra. Mais en ce moment Il pose le grand principe de sa vie et de notre rédemption. Sa vie est un rapport avec son Père, notre rédemption sera notre retour à ce rapport. Sa mort est la manifestation éclatante de ce rapport ; c’est en la contemplant et en la comprenant, c’est en regardant avec foi ce serpent d’airain dressé au désert de cette vie que nous reprendrons ce rapport et que nous rentrerons dans la vie. Le flot d’amour qui part de son Père, qui est cette vie, qui la répand en Lui et par Lui en nous,  est mis en mouvement par ce suprême sacrifice de sa mort. « Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau.» Mais Il ne s’arrête pas à cette mort ; Il la dépasse ; Il en fait une étape et un moyen ; Il continue après elle et Il s’achève par elle en rentrant dans son principe. L’amour appelle et produit l’amour… »

            (Dom Augustin Guillerand. « Au seuil de l’abîme de Dieu »)

 

 

 

Répondre à () :


Captcha