0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 23 novembre 2021
Méditation du 23 novembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49341 mots

Méditation du 23 novembre 2021

2021 11 23 SOUS MON NOM (34TO2) (Luc 21, 5-11)

 

            La fin du monde, ou plutôt sa date, a inquiété déjà les disciples de Jésus. Alors que Jésus annonce la ruine du Temple, les disciples voient dans son propos, inspiré des textes apocalyptiques du Livre de Daniel, la « fin de tout », alors que Jésus ne parle que de « signes ». Il parle, entre autres, des « faux-prophètes » qui se présenteront « en son Nom ». Or il se trouve que de nombreux hommes se sont présentés comme le « Messie » revenant sur terre.

            Concrètement, selon Jean (2, 20), il avait 46 ans que l’on rebâtissait le Temple. Hérode le grand l’avait voulu « à sa gloire ». Mais Jésus sait bien que le culte s’y déroule comme un formalisme et qu’on y a introduit le commerce. Cette réflexion de Jésus devrait conduire les Apôtres à ne pas se contenter d’admirer les « belles pierres » mais à rechercher « le culte en vérité ». Jésus accumule les termes ou expressions rudes pour mettre en garde et préparer les âmes. Et cette liste a de quoi effrayer.

            Les apôtres seront encore nombreux lors de la destruction du Temple ; ils ont connu des « révoltes juives » ; les Actes ne parlent-ils pas d’un certain Theudas (Ac 5, 36) et de Judas le Galiléen (5, 37) à propos de Pierre cité au tribunal après sa prédication sur Jésus qui lui a valu un emprisonnement. Ces hommes ont répondu à des mouvements populaires et politiques ; or on les a pris pour des « messies » ! Le discours de Jésus annonce que « ce ne sera pas aussitôt la fin », et donc « prévient », « met en garde »…

                       Saint Jean-Paul II exhortait les Autrichiens, en juin 1982, à ne pas céder à la peur devant les menaces, mais à devenir des témoins de l’espérance.

      « Vu les multiples dangers et menaces contre l'existence de l'humanité, les chrétiens luttent de toute la force de leur espérance en union avec tous les hommes de bonne volonté pour un avenir plus sûr, digne d'être vécu. De plus, ce qui nous anime ce n'est pas seulement une espérance purement terrestre, mais aussi et surtout cette espérance qui provient de la foi, dont le fondement et le but sont en définitive Dieu lui-même : Dieu qui, dans le Christ Jésus, a dit son oui définitif à l'homme. Avec sa croix et sa résurrection, le Christ a vaincu toute souffrance et toute calamité du monde, devenant ainsi pour nous tous le signe de l'espérance. L'espérance est une vertu divine ; elle est foncièrement un don que vous obtiendrez déjà... à force de prier Dieu avec les autres et pour les autres… »

 

Répondre à () :


Captcha