0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 23 mai 2020
Méditation du 23 mai 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 23 mai 2020

2020 05 23 VERS LE PERE (6Pâques6) (Jean 16, 23b-28)

            Avec la mort de Jésus, les disciples vont entrer dans le temps de l’intimité avec Dieu, grâce à l’Esprit Saint. Ce qu’ils demanderont au Père « au nom de Jésus » ils l’obtiendront, parce que le Père a agréé son offrande. Par l’Esprit, les croyants entrent dans le sens de l’Incarnation : venu du Père, le Christ a établi un lien avec les hommes, et, maintenant qu’Il retourne au Père, Il restaure le lien de l’homme avec Dieu. Dans une formule (trinitaire, avant la lettre) Saint Paul a salué ce rôle de l’Esprit Saint dans la sanctification des baptisés : « Par lui (Jésus), en effet, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père. »

                La venue de Jésus dans le monde rétablit donc le lien entre Dieu et les hommes : ils n’auront plus besoin de « paraboles », et Jésus pourra parler du Père ouvertement. Les apôtres ont maintenant un tel contact avec Jésus qu’Il peut leur parler de l’amour du Père pour Lui et pour eux. Le « double mouvement » (Venu du Père, Jésus retourne vers Lui), non seulement ils le croient, mais ils en voient le sens : rétablir le lien rompu avec Dieu. Ce verset 28 révèle en quelques mots tout le mystère de l’Incarnation.

            Saint Clément d’Alexandrie (150-2125) a expliqué ce que nous pouvons entendre par ces mots : « Demandez et vous recevrez » 

                Vénérer et honorer Celui que nous croyons être le Verbe, notre Sauveur et notre chef, et par lui le Père, tel est notre devoir, et non pas à certains jours particuliers comme d'autres le font, mais continuellement, pendant toute la vie, et de toutes les manières. « Sept fois le jour j'ai chanté ta louange » (Ps 118,164) s'écrie le peuple élu... Ce n'est donc pas en un lieu déterminé, ni dans un temple choisi, ni à certaines fêtes ou à certains jours fixes, mais c'est durant toute la vie, en tous lieux, que le vrai spirituel honore Dieu, c'est-à-dire proclame son action de grâce de connaître la vraie vie. 

            ( ...) Vivant donc toute notre vie comme une fête, dans la certitude que Dieu est totalement présent partout, nous labourons en chantant, nous naviguons au son des hymnes, nous nous comportons à la manière de « citoyens des cieux » (Ph 3,20). 

            La prière est, si j'ose dire, un entretien intime avec Dieu. Même si nous murmurons doucement et que, sans remuer les lèvres, nous parlons en silence, nous crions intérieurement. Et Dieu prête constamment l'oreille à cette voix intérieure... » 

Répondre à () :


Captcha