0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 23 avril 2021
Méditation du 23 avril 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 23 avril 2021

2021 04 23 ETERNELLEMENT (3Pâques5) (Jean 6, 52-59)

 

            « Maintenant, Il en arrive à cette chair ; Il va dire quel sera son rôle dans l’union qui sera la vie éternelle ; Il va montrer en elle le pain du ciel.

            Les auditeurs Le comprennent de moins en moins. Jean donne à ceux qui murmurent et protestent le nom de Juifs : « Les Juifs murmuraient… Les Juifs discutaient ». Sont-ce des Juifs de Jérusalem mêlés à la foule galiléenne plus simple et plus croyante, c’est assez vraisemblable. Ce qui est sûr c’est que la résistance s’accuse. Les simples murmures sont devenus des discussions. Ils ne peuvent admettre, même pour vivre éternellement,  de manger la chair de cet homme qui leur parle : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Sa parole n’est plus admise ; sa puissance est contestée ; de plus en plus on la limite ; on demande des explications, des preuves ; la raison revendique ses droits ; la foi qu’Il réclame est refusée.

            De plus en plus Jésus Lui-même maintient ses positions et son attitude. Il affirme ; Il n’explique pas ; Il ne cherche pas à se justifier : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. »

            En tout ce passage, le caractère pressant de son langage éclate. « A moins que vous ne mangiez », dit-Il. Cette manducation qui vous fait peur est condition nécessaire ; c’est le seul moyen d’arriver à la vie désirée ; c’est le seul moyen d’arriver à ce pain de vie dont Il a dit précédemment : « Je suis le pain de vie ». La chair est donc le chemin qui conduit à la vie ; elle est toute vivifiée et imprégnée de vie éternelle. Elle est entre nous et cette vie ; il faut passer par elle, et il n’y a pas d’autre voie : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. »

            La vie est immanente ; c’est un principe intérieur ; elle se déploie à partir du dedans et se communique de là au dehors. Il faut donc entrer en Lui et Le rejoindre en son être intime ; et Lui, de son côté, doit entrer en nous et venir occuper le fond de notre être. Or la manducation seule permet cela (…) Celui qui mange la chair du Fils de l’homme est ainsi uni à Lui, assimilé par Lui en ct intime foyer où ils se sont rejoints… »

            (Dom Augustin Guillerand. « Au seuil de l’abîme de Dieu »)

 

 

 

Répondre à () :


Captcha