0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 22 juillet 2021
Méditation du 22 juillet 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49271 mots

Méditation du 22 juillet 2021

2021 07 22 RABBOUNI (16TO4) (Jean 20,1.11-18)

 

            Jésus ressuscité n’est plus tout à fait le même. C’est à Marie-Madeleine qu’Il a donné de le constater, pour notre instruction.

            Alain Marchadour nous explique ce « passage » en nous présentant celle qui en fut la première bénéficiaire.

 

« Ici, c’est l’appel de Marie par son nom qui provoque la reconnaissance, car « les brebis écoutent la voix du pasteur, il les appelle chacune par son nom » (Jean 10,3). Le dialogue est d’abord pure interpellation : « Mariam. » Appelée par son nom, elle peut répondre dans sa langue araméenne à celui qu’elle identifie par sa voix, comme « son maître » ! Puis l’ordre donné par Jésus vient annoncer la fin de la rencontre physique : «Ne me retiens pas ! », c’est-à-dire, détache tes bras qui voudraient encore me retenir. Désormais Jésus, selon la chair, n’est plus accessible comme Il l’était de son vivant. Avec la mort et la Résurrection, le temps du passage terrestre de Jésus a pris fin. A partir de la Résurrection, les yeux de la chair sont impuissants à Le voir et à Le reconnaître : Marie figure ainsi la croyante appelée à croire en se mettant à l’écoute du maître qui appelle chacun de son nom pour qu’il Le suive. Sa recherche passionnée évoque la quête de la bien-aimée du Cantique des Cantiques qui « cherche celui qu’elle aime sans le trouver (Ct 3, 1). L’amour ne disparaît pas, il se vit autrement(…)

            La distinction entre « mon Père et votre Père, mon Dieu et votre Dieu souligne bien la différence de nature entre celui qui est le Fils unique et les fils adoptifs. Il est le premier dans une montée promise à tous les frères. Marie devient ainsi la première des missionnaires puisqu’elle est envoyée par le Seigneur vers ses disciples les plus proches. Par elle commence la transmission de la Bonne Nouvelle, qui, de génération en génération, est venue jusqu’à nous. Depuis Marie, puis Paul, c’est la même Bonne Nouvelle qui passe de bouche en bouche, de cœur en cœur : « Je vous ai transmis en premier lieu ce que j’avais reçu moi-même: Christ est mort  pour nos péchés, selon les Ecritures. Il a été enseveli, Il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures » (1Co 15, 3-4).

 

Répondre à () :


Captcha