0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 22 janvier 2021
Méditation du 22 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 22 janvier 2021

2021 01 22 ENVOYER PRÊCHER (2TO5) (MARC 3, 13-19)

           

            Marc venait de nous dire que Jésus avait fait réserver une barque pour que la foule ne l’écrase pas. Et il ne mentionne pas que Jésus soit monté dans cette barque, mais qu’Il gravit la montagne. Et là, comme dans une rencontre en compagnie du Père, Il appela ceux qu’il voulait, laissant entendre qu’Il a réfléchi au choix auparavant. Il ne peut pas se tromper, et c’est bien sciemment qu’Il appelle, parmi les disciples, tel ou tel de préférence à tel autre (que nous connaissons parce qu’ils ont « suivi » de près ou de loin, mais sont nommés dans le « Nouveau Testament ».)

            L’apparente imitation de Moïse, choisissant les 70 sages qui vont partager son pouvoir, doit être comparée avec des nuances. C’est plutôt l’idée de « l’Israël nouveau », selon Ga 6, 16, qui inspire Jésus ; les douze patriarches, fils de Jacob-Israël, annonçaient l’Eglise. Au-delà des liens familiaux des premiers, les Apôtres sont frères en Jésus et répondent à un choix divin, mystérieux. Quand on constate leurs différences et même le sort de certains, on se demande selon quels « critères » Jésus a pu appeler…Judas qui l’a trahi.

            « Mais la première finalité de l’appel est « pour qu’ils soient avec Lui » : ce n’est pas la mission qui est première, mais le « compagnonnage », l’être avec, la présence, la proximité effective, une proximité peut-être plus inaccessible que la plus lointaine des missions. La transcendance de Dieu, c’est aussi cette proximité qui dépasse tout ce qu’on peut expérimenter.

            Marc énumère d’abord ceux auxquels Jésus a donné un surnom. Le premier est Simon surnommé « Pierre », mais « roc » serait plus juste (…) Jacques et Jean ont reçu un surnom pluriel dont la signification est assez transparente, à commencer par sa transposition en « fils du tonnerre »… André, le frère de Simon, ne reçoit pas de surnom. A s’en tenir à Marc, Lévi n’y figure pas ; mais Matthieu, dans sa liste, précise « Matthieu le publicain », et son récit de vocation correspond exactement au « Lévi » de Marc et de Luc. » (David-Marc d’Hamonville).

            La variation du rang dans les listes fournit-elle une indication sur l’importance du rôle joué dans les communautés par l’un ou l’autre, on peut en douter…Une constante : Judas est toujours le dernier.

 

 

           

Répondre à () :


Captcha