0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 21 juillet 2020
Méditation du 21 juillet 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 21 juillet 2020

2020 07 21 CELUI QUI FAIT (16TO2) (Matthieu 12, 46-50)

            Jésus Fils de Dieu a joint les actes aux paroles ; Il ne peut pas demander à ses disciples de se contenter de paroles. La conclusion de cet épisode consiste à écouter la Parole de Dieu et à la mettre en pratique. Or nul ne l’a fait au monde mieux que Marie, sa Mère.

            Cette rencontre de Jésus et de sa mère révèle le réalisme de l’Incarnation : des liens d’affection entre mère et fils sont tissés dans le cœur et dans la chair des personnes. C’est seulement reconnaître la bonté et la beauté de la Création que de le manifester. Mais Jésus montre dans ce récit que la maternité physique doit élever les esprits vers la paternité- maternité spirituelle et donc l’observation de la Loi de Dieu.

            Sainte Thérèse de Lisieux a vécu cette parole de Jésus avec une grande générosité, mais dans l’esprit d’enfance spirituelle qui la caractérise.

             « Mes pensées ne sont pas vos pensées dit le Seigneur » (cf Is 55,8). Le mérite ne consiste pas à faire ni à donner beaucoup, mais plutôt à recevoir, à aimer beaucoup. Il est dit que c'est bien plus doux de donner que de recevoir (Ac 20,35), et c'est vrai, mais alors, quand Jésus veut prendre pour lui la douceur de donner, ce ne serait pas gracieux de refuser. Laissons-le prendre et donner tout ce qu'il voudra ; la perfection consiste à faire sa volonté, et l'âme qui se livre entièrement à lui est appelée par Jésus lui-même « sa mère, sa sœur » et toute sa famille. Et ailleurs: « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole » (c'est-à-dire il fera ma volonté) « et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure » (Jn 14,23). Oh, comme c'est facile de plaire à Jésus, de ravir son cœur ; il n'y a qu'à l'aimer sans se regarder soi-même, sans trop examiner ses défauts...

             Les directeurs font avancer dans la perfection en faisant faire un grand nombre d'actes de vertu et ils ont raison, mais mon directeur qui est Jésus ne m'apprend pas à compter mes actes ; il m'enseigne à faire tout par amour, à ne lui rien refuser, à être contente quand il me donne une occasion de lui prouver que je l'aime, mais cela se fait dans la paix, dans l'abandon ; c'est Jésus qui fait tout et moi je ne fais rien. »

Répondre à () :


Captcha