0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 septembre 2020
Méditation du 20 septembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 20 septembre 2020

2020 09 20 PREMIERS (25TO) (Matthieu 20, 1-16)

            Arrivant bien longtemps après le Christ, nous pouvons nous prendre pour les ouvriers embauchés à une heure tardive, mais sûrs d’être aimés par Lui autant que les ouvriers de la « première » heure. La chronologie n’a pas grand-chose à voir avec la miséricorde de Dieu qui s’étend « à tous les âges ». Ainsi on ne peut considérer les ancêtres dans la foi (du Premier Testament) comme ceux qui trouveraient dans nos contemporains (tard venus du paganisme) les ouvriers de la dernière heure, « privilégiés ». La chronologie a-t-elle à voir avec un Dieu éternel, Père de tous ses enfants ?

            Le temps où nous sommes venus « à la Lumière de l’Evangile » est une grâce, non un instant ou un moment donné. Rendons-nous grâce pour ce moment, si tôt ou si tard qu’il ait été dans notre vie ? Rendons grâce à Dieu pour l’enfant baptisé dès sa petite enfance et pour l’adulte qui a cherché parfois longtemps pour « venir à la Lumière » (Jean 3, 20). Ce qui est vrai des personnes dépend de tant de « circonstances » ! Voyons plutôt la Providence à l’œuvre, elle qui ne se trompe jamais en ses desseins ! Un exemple bien connu : Edith Stein, Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix. (Philosophe, baptisée le 1° janvier 1922, à 31 ans, puis Carmélite, arrêtée parce que juive, et décédée à Dachau, le 9 août 1942).

            Le Maître n’est pas injuste quand Il dispose de ses biens, et les prodigue à ceux que nous, dans notre étroitesse, considérons comme « éloignés de Dieu » ou ayant peu « mérité » de Lui. Nul n’a mérité, mais, dans notre relation à Lui, tout est « Grâce ». Il continue son œuvre de salut, comme les premiers versets de la Lettre aux Ephésiens (1, 3-14) le laissent entendre : prévue dès « avant les commencements » et qui se prolonge en Jésus-Christ Ressuscité, dans une « nouvelle Création », pour toutes les générations, comme Marie le chante dans son « Magnificat ».

            Là et quand Dieu appelle, aux hommes de ne pas tarder à répondre ni de retarder les effets de sa Grâce. Souvent, les hommes veulent - trop – suivre leur raison, sinon même vouloir que Dieu accepte leur étroitesse d’esprit.

            « C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »

Répondre à () :


Captcha