0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 novembre 2021
Méditation du 20 novembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49367 mots

Méditation du 20 novembre 2021

2021 11 20  TOUS VIVENT POUR LUI (33TO6) (Luc20, 27-40)

 

            Les Sadducéens sont définis par Luc comme « ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection ».Marc (12, 18-27) et Matthieu (22, 23- 33) les ont repérés pour le même doute, parce qu’ils n’en trouvaient pas de traces dans la Loi. Ils se manifesteront notamment dans les Actes des Apôtres (4, 1) pour contester les disciples témoins de la Résurrection de Jésus, et dans le même Livre (23, 8) où Paul, pour se tirer d’affaire, affirme sa foi de pharisien, ce qui divise l’assemblée.

            Ici, ils viennent soumettre à Jésus un « cas d’école » invraisemblable. Voici comment Saint Anastase, patriarche d’Antioche, mort en 599, commentait la phrase que Jésus a opposée aux Sadducéens : 

« Il n'est pas le Dieu des morts mais des vivants »

 « Le Christ a connu la mort, puis la vie, pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants » (Rm 14,9) ; « Dieu n'est pas le Dieu des morts, il est le Dieu des vivants ». Puisque le Seigneur des morts est vivant, les morts ne sont plus des morts mais des vivants ; la vie règne en eux, pour qu'ils vivent et ne craignent plus la mort, de même que « le Christ, ressuscité des morts, ne meurt plus » (Rm 6,9). Ressuscités et libérés de la corruption, ils ne verront plus la mort ; ils participeront à la résurrection du Christ, comme lui-même a eu part à leur mort (…)

Si ce plan de salut n'est pas encore pleinement réalisé, car les hommes meurent toujours et leurs corps sont désagrégés par la mort, cela ne doit pas être un motif d'incroyance. Déjà nous avons reçu les premiers fruits de ce qui nous est promis, en la personne de celui qui est notre premier-né (...) : « Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus » (Ep 2,6). Nous atteindrons à la pleine réalisation de cette promesse lorsque viendra le temps fixé par le Père, lorsque nous dépouillerons l'enfance et serons parvenus « à l'état d'homme parfait » (Ep 4,13). Car le Père éternel a voulu que le don qu'il nous a fait demeure ferme. (...) L'apôtre Paul l'a déclaré, car il le savait bien, cela arrivera à tout le genre humain, par le Christ, qui « transformera nos pauvres corps à l'image de son corps glorieux » (Ph 3,21). (...) Le corps glorieux du Christ n'est pas différent du corps « semé dans la faiblesse, sans valeur » (1Co 15,43) ; c'est le même corps changé en gloire. Et ce que le Christ a réalisé en amenant au Père sa propre humanité, premier exemplaire de notre nature, il le fera pour toute l'humanité selon sa promesse : « Quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12,32). »

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha