0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 juillet 2021
Méditation du 20 juillet 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49283 mots

Méditation du 20 juillet 2021

2021 07 20 MA MERE (16TO2) (Matthieu 12, 46-50)

 

            On s’attendait (et « on s’attendrait encore ») à voir Jésus laisser ses auditeurs pour aller saluer sa mère…Et voilà une grande  leçon ! Il exalte « celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » Jésus a toujours « les yeux » tournés vers le Ciel et les « valeurs » spirituelles intérieures. Loin de déprécier la maternité humaine de sa mère, Il veut nous faire estimer encore davantage la parenté spirituelle de son Père.

Précisément, Il garde, comme il le montrera sur la croix, le souci de la confier à Jean, puisqu’à cette époque, la femme dépend d’un homme ; ici, elle sera la Mère du peuple chrétien, d’une « parenté spirituelle ». Le verset 50 annonce à sa manière Jean 19, 25-27. Toujours, avec Jésus, il faut passer des réalités de la Création (la maternité humaine, ici) aux réalités spirituelles ; la création ne nous est pas donnée comme un « écran », mais au contraire comme une échelle, un tremplin.

Qui mieux que Marie a écouté la Parole de Dieu ? Ce Fils est le Verbe, la Parole de Dieu, et elle L’écoute ; Luc en était convaincu au point de le mentionner deux fois (Luc 2, 19.51) Et quand Jean nous rapporte sa parole aux serviteurs de la noce de Cana : « Tout ce qu’Il vous dira, faites-le ! » (Jean 2,7), elle montre qu’elle Le sait infaillible.

La simple « lecture » des évangiles témoigne de l’unisson de l’âme de Marie et de celle de Jésus. Marie s’est mise « à l’école de son Fils », et il fait partie de son rôle de « mère » de nous apprendre la même docilité. Il lui fallait une foi profonde pour voir « en son fils » « le Fils de Dieu ». « Heureuse, toi qui as cru ! »

Jésus énumère les membres de la « famille » : frère, sœur, mère. Observons l’unité désignée : il y a « famille » là où les cœurs vibrent à l’unisson, et nous l’admettons aisément sur le plan humain ; ne nous invite-t-Il pas à mettre une telle « qualité » spirituelle dans notre relation avec Lui et son Père ?

Et si nous devons beaucoup à notre famille humaine, la « familiarité » avec Dieu nous fera découvrir encore plus les richesses de l’Amour divin. Alors, notre âme chantera encore plus « juste » le Magnificat !

 

 

Répondre à () :


Captcha