Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 janvier 2020

| Webmaster

Méditation du 20 janvier 2020

(Marc 2, 18-22)

            Quel est le vrai « jeûne » ? Quel est son sens ? La Présence de Jésus, Fils de Dieu vient combler l’humanité : on ne va tout de même pas jeûner quand on profite de Sa Présence ! Jésus, Lui, ne peut cacher Qui Il est ; Il a conscience de son Être divin. Il le dit en rappelant ses épousailles avec l’humanité. Pour les disciples de Jean et les disciples des pharisiens, le jeûne est une institution à respecter, mais on a perdu, semble-t-il, le sens profond du jeûne.

            Jésus montre où se situe le vrai sens du jeûne. Quand Il sera enlevé à ses disciples, Il leur manquera ; les amis de l’Epoux jeûneront alors malgré eux ; ils auront tellement apprécié sa Présence, son enseignement et son amitié qu’ils seront « privés » de Lui. Pour Lui, c’est une allusion à sa Passion : « Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. » (Matthieu 26, 31 – citant Zacharie 13, 7). 

            Les courtes paraboles qui suivent invitent les auditeurs à changer de cœur pour accueillir la « nouveauté » du Christ et surtout de son enseignement. La nouveauté, ici, inclut la solidité : les pièces neuves ou les outres neuves rénovent l’âme qui préfère le « nouveau » à l’ancien. Jamais le cœur ne sera assez « neuf » pour accueillir l’éternelle nouveauté de Jésus ! Y a- t-il une allusion au Vin de Cana ? C’est peu probable ! Mais « le meilleur » est gardé pour la fin ! Jésus vient après les prophètes ; il est nécessaire de L’accueillir avec un cœur neuf, capable d’une perpétuelle conversion.

            Saint Jean Chrysostome avait développé avec brio cette image de L’Epoux, avec la « ressemblance » qu’elle implique... en attendant l’union éternelle.

            « Quand l'Epoux leur sera enlevé, ils jeûneront alors; ils aspireront ardemment après sa venue, afin d'unir à ce divin Epoux leurs cœurs purifiés par les épreuves de la terre. (…) Il les appelle fils de l'Epoux, parce qu'en effet ils sont encore enfants et qu'ils ne peuvent en cette qualité se conformer pleinement à leur Epoux et à leur Père qui, eu égard à la fragilité de leur âge, les dispense de l'obligation du jeûne. Mais après le départ de l'Epoux, ils regretteront de l'avoir perdu et ils jeûneront alors. Toutefois, lorsqu'ils auront atteint la perfection et qu'ils seront unis à l'Epoux dans des noces toutes célestes, oh ! Alors, ils savoureront éternellement les mets du royal festin. »

Répondre à () :


Captcha

Newsletter