0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 20 février 2020

| Webmaster

Méditation du 20 février 2020

(Marc 8, 27-33)

            De Bethsaïde à Césarée-de-Philippe, la distance représente une journée de marche, de 30 à 40 kilomètres. Cette ville était ainsi nommée de la résidence de Philippe (Luc 3, 1), fils d’Hérode le Grand et frère d’Archélaüs et d’Antipas ; on la distinguait ainsi de Césarée « maritime », sur la côte méditerranéenne et de création récente, appelée à un rayonnement immense dans les siècles suivants.

            « Chemin faisant » : habile pédagogiede Jésus qui introduit « la » question qu’Il veut poser par une préparation qui ressemble aux sondages d’opinions ; Il conduit les siens, après un tour d’horizon, à un aveu qui « dépasse » l’entendement de Pierre, car, du moins selon Matthieu, il n’était pas capable de trouver une telle réponse. Selon Marc, Pierre voit en Jésus le « Messie », le « Christ » étant le mot grec le plus proche du mot hébreu. 

            Mais Jésus impose le silence sur ce titre ; cela n’est pas nouveau chez l’évangéliste, mais on s’attendrait aux encouragements pour une publication. Le plus urgent pour Jésus va consister maintenant à préparer les siens aux réalités de la Passion prochaine ; le verset 31 a bien dû les surprendre, puisque Pierre, le primesautier, réagit comme s’il voulait opposer à Jésus « quelque chose comme un refus ». Pierre, de ce fait, avoue à Jésus une conception très différente du « messianisme », non pas « l’échec » mais le « succès ». 

            « L’espérance messianique était vive chez les Juifs au 1° siècle de notre ère, bien que diverse selon les milieux : à côté de la figure dominante d’un messie royal , nouveau David, existait chez les esséniens de Qumrân l’attente d’un messie d’Aaron, sacerdotal, ainsi que celle d’un prophète eschatologique semblable à Moïse, selon la promesse que Dieu avait faite au Législateur, dans le Deutéronome 18, 18 : « Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. » (Michel Quesnel. « Jésus, l’homme et le Fils de Dieu ») (Flammarion, 2004).

            La réponse de Jésus à Pierre revient à dire que Pierre s’oppose à la mission de Jésus ; mot-à-mot Pierre est un obstacle sur la route de Jésus, une « pierre d’achoppement ». Pierre voit les choses comme le monde les voit ; or la « mission » de Jésus est divine.

Répondre à () :


Captcha